Sci-Tech

La prochaine guerre froide sera-t-elle artificielle?

L'intelligence artificielle au service de la guerre

La Russie et les Etats-Unis se retrouvent dans une confrontation sans nom où la technologie et l’intelligence artificielle sont les maîtres-mots.

L’un des conflits marquants après la seconde guerre mondiale a été la Guerre Froide. Jusqu’à la fin des années 80 les régimes communistes et les démocraties occidentales s’opposent dans une confrontation quasi-silencieuse. Cette période de guerre limitée où l’affrontement est impossible à la sortie des deux guerres mondiales se manifeste principalement par une course à l’armement nucléaire.

Une guerre froide moderne?

En ce climat de tension actuel, il semblerait que la Russie et les Etats-unis se retrouvent à nouveau dans une situation conflictuelle. Tous deux s’accusent d’ingérences et semblent se tirer mutuellement dans les pattes. La course n’est plus à l’armement nucléaire, mais au développement scientifique et technologique. Au cœur des préoccupations: la cybernétique.  Les moyens d’affaiblir l’opposant n’est plus par un affrontement physique, matériel, mais bien en s’en prenant à ses données. En cette époque de dématérialisation et d’avancée technologique, les logiciels imprégnés d’intelligence artificielle seront les plus en mesure d’inférer des décisions à partir de plus de données et en un temps record. L’homme ne peut pas rivaliser.

Un conflit surtout cybernétique

Le développement de l’Intelligence Artificielle est vu par le président Poutine comme l’un des moyens de faire tomber les défenses Américaines. De là sorte, il serait possible de rééquilibrer le pouvoir entre les USA et la Russie. Aujourd’hui, les deux puissances ont désactivés des dizaines de milliers d’armes nucléaires. Malgré tout, les tensions croissent et les conflits semblent se tourner vers des affrontements cybernétiques ou encore des implications dans les conflits des “alliés”.

Il semblerait que certaines coalitions se créent alors que la Russie vient d’annexer la Crimée. Bien qu’il semble improbable pour de nombreuses personnes que les nations usent des armes nucléaires, l’intelligence artificielle semble un bon compromis. Il faut comprendre qu’une attaque cybernétique n’est pas nécessairement artificielle, ou invisible. Les conséquences peuvent parfois être vitales. On note par exemple des cas d’attaques contre des banques, des hôpitaux ou encore des systèmes de transports. Le Cyber est aujourd’hui une partie du réel et il ne faut pas minimiser son emprise.

Utiliser l’ I.A pour le contrôle du monde

Poutine voit l’intelligence artificielle comme l’incarnation du futur. Selon lui, quiconque les maîtrise deviendra le “maître du monde”. Loin d’être mégalomane, il pense surtout à l’impact du cybernétique sur le monde et de tout ce qu’il peut contrôler.  Les différentes intelligences artificielles permettent à ce jour de lancer des menaces sur des vaisseaux marins et sous-marins et il serait possible à l’intelligence attaquée de réagir plus vite et sans l’hésitation propre à l’homme.

D’autres parts, elles peuvent également servir à contrôler d’autres choses. Par exemple, des drones ou des véhicules qui doivent réussir à se déplacer même si leurs communications sont altérées.
Il ne faut pas négliger l’importance du développement de l’intelligence artificielle. Elle peut assurer un avantage indéniable, tant économique que militaire, en défense et en attaque.

Une solution in-humaine?

Malgré tout, il convient de s’interroger pleinement sur cette question. Faire reposer des décisions militaires sur des intelligences artificielle ôte toute humanité à la chose et élève le conflit à un niveau strict d’action-réaction. Bien que les stratégies militaires reposent en partie sur cette notion, l’homme ne peut être uniquement binaire. Faire disparaître cette phase d’hésitation pourrait amener la planète à sa destruction pour une simple erreur de calcul ou encore dans une volonté de l’Intelligence de bien faire.

Aussi intelligente soit-elle, cette forme artificielle serait créée par l’homme et pourrait donc nécessiter plusieurs versions avant d’arriver à un résultat optimal. N’oublions pas que ce ne sont que des calculs et une série de code qui permettent de constituer cette intelligence. Un bug est donc possible. L’erreur est humaine, mais comment-est-elle lorsqu’elle est causée par une intelligence artificielle? Ces quelques secondes d’hésitations ne seraient-elles pas la manifestation nécessaire de l’humanité en chacun? Les intelligences artificielles raisonnent et calculent, mais le caractère émotionnel de l’humanité n’est pas pris en compte.

C’est cela qui pourrait mener à des situations désastreuses. Il s’agit de trouver un bon équilibre afin de bénéficier des avantages de l’intelligence artificielle sans tomber dans un conflit, sur lequel nous n’avons plus aucun contrôle.

Publié le mercredi 7 février 2018 à 15:26, modifications mercredi 7 février 2018 à 14:42

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !