Sci-Tech

Pays de Galles : La reconnaissance faciale très peu performante de la police

La reconnaissance faciale est parfois effrayante tant elle est précise. Et puis il y a le contre-exemple de la police galloise.

Une marge d’erreur de 92%

Vous avez peur de la reconnaissance faciale ? Après avoir vu l’exemple chinois, vous craignez d’être retrouvés au milieu d’une foule de 50.000 personnes à l’autre bout du pays ?  La solution est simple. Prenez la direction du Pays de Galles. La police locale possède sans doute le logiciel de reconnaissance faciale le moins précis au monde. Le système avait été testé l’an dernier à Cardiff à l’occasion de la finale de la Ligue des Champions 2017. Mais, les chiffres montrent que les résultats ne sont pas vraiment au rendez-vous comme le montre un article du journal britannique The Guardian.

Le logiciel a en effet scanné les 170.000 personnes présentes lors de l’événement. Bilan ? 2.470 ont été signalées comme criminelles. Enfin, ça c’est ce qu’a annoncé le logiciel. Il se basait sur des similitudes avec les photos présentes dans la base de données. Dans les faits il y avait pas moins de 2.297 fausses alertes. Soit une marge d’erreur de 92%.

Problème avec la vie privée

On pourrait penser que c’est loin d’être satisfaisant. Ou bien voir le verre à moitié plein comme la police galloise qui a expliqué ” “aucun système de reconnaissance faciale n’était fiable à 100 %”. Les forces de l’ordre précisent par ailleurs de 450 arrestations auraient été faites depuis juin 2017. Par ailleurs aucune fausse alerte n’aurait été arrêtée. Le taux d’erreur serait lié à des images de mauvaise qualité et aussi à l’ampleur de l’événement choisi pour ce test. Depuis, les expériences se sont multipliées. La police indique par ailleurs qu’une simple discussion permet de résoudre les erreurs.

Pour autant, peut-on vraiment considérer qu’un usage aussi large et anarchique de la reconnaissance faciale soit une bonne idée ? Ce n’est pas le cas de l’association Big Brother Watch qui défend la protection de la vie privée. Dans un message publié sur le réseau social Twitter, elle demande à la police galloise d’en finir avec ce système.

A noter que si on a souvent une vision négative de la reconnaissance faciale. Pourtant, elle a aussi des usages concrets très positifs. C’est notamment ce qui s’est passé en Inde. Elle a permis de retrouver la trace de 3.000 enfants disparus.

Publié le mardi 8 mai 2018 à 14:12, modifications mardi 8 mai 2018 à 11:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !