Sci-Tech

Les tempêtes sur Vénus sont si violentes qu’elles modifient sa rotation

Ce sont les caractéristiques impressionnantes de l’atmosphère vénusienne qui permettent d’expliquer l’impact des vents sur sa vitesse de rotation.

On sait que l’atmosphère de Vénus, souvent comparée à la Terre pour ses caractéristiques géologiques similaires, est beaucoup plus dense que sur notre planète. En se heurtant aux reliefs de l’étoile du berger, comme ses hauts massifs montagneux, elle influence ainsi la rotation de celle-ci.

Une rotation très lente

On sait à travers plusieurs calculs astrologiques que Vénus met énormément de temps pour tourner sur elle-même : il lui faut ainsi près de 243 jours terrestres pour effectuer cette rotation. Mais à travers les observations successives de la planète, qui s’étalent désormais sur près de 40 ans, plusieurs chiffres ont été avancés pour sa vitesse de rotation, à chaque fois légèrement différents. Quelles facteurs permettent de l’expliquer ces fluctuations ?

Des scientifiques se sont penchés sur la question dans une étude parue dans la revue Nature Geosciences. Ils se sont d’abord basé sur les calculs montrant qu’une journée sur Vénus diffère de plusieurs minutes d’une année à l’autre, ce qui représente une marge d’erreur énorme en comparaison avec la Terre. En effet, pour notre planète, il arrive que les calculs fluctuent à hauteur d’une milliseconde pour estimer la durée d’un jour.

Des anomalies dans l’atmosphère de Vénus

Or, la sonde japonaise Akatsuki avait repéré en 2015 une anomalie à la surface extérieure de la planète en la regardant dans le domaine infrarouge. En effet, les scientifiques ont pu distinguer une immense trace blanche reliant les deux pôles de Vénus sur une distance de 10 000 kilomètres. Mais plus étrange encore, cette forme disparaît et réapparaît cycliquement depuis des années, toujours à cet endroit.

Cette zone étrange est située au-dessus d’une grande chaîne montagneuse, qui est traversée par des vents intenses soufflant à la surface de la planète. Lorsque ces flux se heurtent aux montagnes, ils sont expulsés vers le haut, ce qui crée un important différentiel de pression entre les flancs opposés du massif. Un grand mouvement se crée alors pour rétablir cet équilibre rompu dans l’atmosphère vénusienne, qui crée cette forme blanche. Les scientifique lui ont d’ailleurs donné un nom spécifique : il s’agit en effet “d’ondes de gravité“.

Mais derrière ce phénomène s’en cache un autre plus passionnant encore. En effet, des scientifiques issus de l’université de Californie Sud on mis en évidence l’impact de ce phénomène sur le temps de rotation de Vénus. En effet, la pression exercée par les vents sur ces grandes chaînes de montagne finit par influencer la longueur des jours sur Vénus. Le mystère des erreurs de plusieurs minutes repéré depuis des décennies semble donc avoir été résolu.

Une atmosphère infernale

Pourtant, les vents qui soufflent sur Vénus ne sont pas beaucoup plus forts que sur Terre. Ce n’est donc pas le facteur qui permet d’expliquer leur différentiel d’influence sur la vitesse de rotation des deux planètes. Si les vents sont capables d’avoir un tel effet sur Vénus, c’est en effet à cause de la densité de son atmosphère, qui est composée de CO2 à hauteur de 95%. 

Pourtant, d’après les scientifiques, il y avait à l’origine la même quantité de dioxyde de carbone sur notre planète, seulement celui-ci s’est peu à peu retrouvé enfermé dans l’eau et la roche, ce qui n’est pas le cas sur Vénus. C’est ce qui permet d’expliquer que la densité de son atmosphère est 90 fois supérieure à celle de notre planète. La force des courants d’air s’en trouve donc largement décuplée.

Ces caractéristiques font par ailleurs de Vénus une planète particulièrement inhospitalière. En effet, malgré le fait que celle-ci soit située plus loin du soleil que la Terre, sa concentration en CO2 génère un gigantesque effet de serre. Les températures y atteignent donc le chiffre record de 700 degrés. Le ciel vénusien est en outre régulièrement le théâtre de grandes tempêtes avec des éclairs impressionnants.

Enfin, la pression à la surface de Vénus est de 92 bars, ce qui équivaut à celle ressentie lorsque nous nous trouvons 910 mètres sous la surface de l’eau. Malgré ces caractéristiques pour le moins infernales, la haute atmosphère de cette planète, située à 50 kilomètres de sa surface, présente des caractéristiques identiques à la terre.

Publié le vendredi 29 juin 2018 à 9:01, modifications vendredi 29 juin 2018 à 8:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !