Sci-Tech

Les sportifs de haut niveau ont un cerveau particulièrement musclé

Une étude montre que les sportifs ont des facultés nettement supérieures à la moyenne et nous invite à détruire le préjugé infondé du sportif idiot, qui survit encore à l’heure actuelle.

L’institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) propose régulièrement des conférences dans le cadre de son Open Brain Bar à Paris. Le prochain aura lieu le 28 juin et se concentrera sur les processus cognitifs dont se servent les athlètes de haut niveau. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces derniers présentent des facultés au-dessus de la moyenne dans beaucoup de domaines.

Des capacités hors-normes

Si certains sportifs peuvent parfois paraître tout sauf « intelligents », la réalité scientifique montre une vérité bien différente. Que ce soit en terme de capacité de motivation, de faculté à effectuer plusieurs tâches en même temps, de temps de réaction, stimuli extérieurs, ou encore de facultés d’adaptation, les athlètes sont souvent très au-dessus de la moyenne.

En effet, pour atteindre un niveau d’excellence dans un sport, il ne suffit pas de muscler son corps. Le cerveau est également en jeu dans ce processus, et bien plus que nous le pensions. Cette découverte ouvre ainsi une nouvelle voie, notamment pour renforcer ses capacités cognitives à travers des exercices physiques ciblés.

Contre le mythe du “sportif idiot”

D’après le docteur Predrag Petrovic, professeur à l’institut Caroline Ska en Suède, ce n’est pas parce que certains athlètes ne sont pas très cultivés que leur cerveau est en dessous de la moyenne. Bien au contraire, le scientifique a réalisé une étude dans laquelle il a analysé les performances cognitives d’une équipe de deuxième division en Suède par rapport aux joueurs de première division. Il a ainsi pu prouver que les premiers avait des facultés cérébrales bien en dessous des seconds.

Des analyses menées sur des joueurs prestigieux comme Andrés Iniesta ont également montré que ces derniers ont des facultés nettement supérieures à la moyenne. Mais au contraire, lorsqu’un grand sportif souffre d’une commotion cérébrale, les conséquences sur sa qualité de jeu peuvent être désastreuses.

Ainsi, lors d’un match de Liverpool en finale de la ligue des champions le 26 mai 2018, le gardien de l’équipe a commis une grave erreur en relançant le ballon à l’attaquant du Real de Madrid après avoir souffert d’un coup à la tête. Des analyses postérieures ont trouvé que ce coup avait bien pu altérer ses capacités cognitives pendant le match.

Publié le lundi 11 juin 2018 à 17:34, modifications lundi 11 juin 2018 à 15:46

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !