Sci-Tech

Les restes du plus vieil hominidé français jamais découvert ont été exhumés

Cette découverte importante repousse de 100 000 ans l’âge du premier homme découvert en France.

Ces restes ne consistent qu’en une petite dent de lait découverte à Tautavel, un site archéologique situé dans les Pyrénées-Orientales. Celle-ci appartient pourtant à un jeune enfant hominidé âgé entre 5 et 6 ans, qui a vécu il y a 560 000 ans en France, soit la plus vieille trace de notre espèce dans cette région.

Une découverte fondamentale

C’est près de Perpigan, sur le site du Caune de l’Arago que cette petite quenotte a été découverte. Malgré sa taille minuscule, elle constitue une découverte très importante puisqu’il s’agit du plus ancien fossile d’homme jamais découvert en France. En effet, cette dent est de 100 000 à 110 000 ans plus âgée que l’homme de Tautavel, découvert en 1971 sur le même site et appartenant à l’espèce néandertale, qui était désigné depuis comme le premier Français.

La dent va bientôt être étudiée en laboratoire pour essayer d’en savoir plus sur l’origine et les habitudes de son propriétaire ancestral, notamment alimentaires. Mais les chercheurs espèrent toutefois que cette découverte ne sera pas la seule. Il est en effet possible que d’autres restes soit enfouis dans la couche de sédiments datant de – 550 000 à – 560 000 où la quenotte a été retrouvée.

la dent appartenait à un cadavre

Après les premières analyses de la dent, les paléontologues ont établi que celle-ci possédait encore sa racine, ce qui signifie que l’enfant de 5 à 6 ans à qui elle appartenait ne l’a pas simplement perdu, mais qu’il est décédé à l’endroit où elle a été retrouvée. En outre, on ne sait pas encore à quelle espèce d’homme cette quenotte appartenait.

Ce n’est pas la première fois que des dents sont exhumées sur le site de Tautavel. En effet, deux incisives adultes ont également été retrouvées au même endroit. Les scientifiques émettent aujourd’hui l’hypothèse qu’elles auraient pu appartenir au même individu, et espèrent retrouver la mâchoire à laquelle elles appartenaient.

Les chercheurs vont également tenter d’établir un lien entre les différents restes issus d’époques éloignées retrouvées sur le site, sachant que l’homme de Tautavel est souvent décrit comme un Homo erectus. Une étude comparative sera également effectuée avec d’autres fossiles ancestraux retrouvés en Europe, comme l’Homo Antecessor espagnol datant de -800 000, ou l’Homo Heidelbergensis allemand de -600 000 ans.

Publié le vendredi 3 août 2018 à 16:48, modifications vendredi 3 août 2018 à 15:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !