Sci-Tech

L’astéroïde Bennu pourrait frapper la Terre en 2135, la Nasa se prépare au pire

Un astéroïde nommé Bennu, plus gros que la Tour Eiffel, pourrait croiser la trajectoire de la Terre en 2135.

De 500 mètres de large pour un poids de 3,4 milliards de tonnes de roches et de glace, l’astéroïde baptisé Bennu, découvert en 1999 a de quoi faire peur. Si actuellement il gravite autour du soleil, il pourrait croiser la trajectoire de la Terre en 2135.

Une chance sur 2.700 de s’écraser sur Terre

Toutefois, d’après la Nasa, la probabilité que l’astéroïde s’écrase sur la Terre est d’une chance sur 2.700. Malgré cela, pour l’agence spatiale, qui suit de près les milliers de corps célestes qui gravitent dans la banlieue plus ou moins proche de notre planète, Bennu constitue une menace sérieuse. En effet, à cause de sa taille de 490 mètres de long, et de son poids : 3,4 milliards de tonnes, lancé à 100.000 km/h en orbite autour du Soleil depuis des millions d’années, il devrait se révéler menaçant pour notre Terre dans un peu plus d’un siècle.

La probabilité d’un impact semble mince, mais les conséquences seraient désastreuses.

A ainsi expliqué Kirsten Howley, une membre de l’équipe nationale de défense planétaire du Lawrence Livermore National Laboratory.

Ainsi, Bennu pourrait provoquer un véritable cataclysme sur Terre. D’où la volonté de la Nasa de détruire ou de faire dévier ce corps céleste avant qu’il ne ravage notre planète. Pour cela, l’agence spatiale américaine collabore avec l’Administration nationale de la sécurité nucléaire et deux laboratoires d’armes du Département de l’énergie. Elle a prévu la construction d’un vaisseau spatial baptisé Hammer (pour Hypervelocity Asteroid Mitigation Mission for Emergency Response). Dans l’idée, il pourrait agir soit comme un bélier pour détourner Bennu. Soit comme un explosif. Et ce, grâce à deux missiles tactiques nucléaires. Dans ce dernier cas, l’objectif ne serait pas de tirer sur l’intrus, mais de faire exploser les ogives un peu en avant de sa trajectoire, de façon à le « vaporiser ».

En attendant, la Nasa a lancé en 2016 une sonde chargée d’aller l’étudier de plus près. Baptisée Osiris-Rex, celle-ci est en route pour Bennu. Elle devrait s’y poser avant la fin de l’année. En théorie, elle devrait rapporter des échantillons de sa surface en 2023.

Publié le vendredi 23 mars 2018 à 9:58, modifications lundi 16 avril 2018 à 12:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !