Sci-Tech

La spectaculaire extinction du Permien a tué l’immense majorité des espèces vivantes en 30 000 ans seulement

On sait désormais à quoi est due l’extinction du Permien, et le temps qu’il aura fallu pour qu’elle fasse disparaître la quasi-totalité de la faune et de la flore terrestre.

Parmi les grandes extinctions de masse, la plus célèbre est sûrement celle qui a coûté la vie aux dinosaures il y a près de 65 millions d’années. Mais quelques centaines de millions d’années auparavant, une autre extinction particulièrement violente, celle du Permien, a rayé de la carte la plupart des espèces vivantes de l’époque, dont 90% des animaux et végétaux marins.

Un nouveau modèle pour expliquer cette extinction

Entre le Permien et l’ère du Trias, l’extinction de masse la plus impressionnante de l’histoire a ravagé la Terre. C’était il y a 252 millions d’années, et près de 90% des espèces marines ont été rayé de la carte, contre 70% de tous les spécimens terrestres. Les plantes et les animaux les plus robustes ont donc presque tous disparus pendant cet épisode tragique qui aurait pu anéantir toute forme de vie sur Terre.

Mais une nouvelle étude publiée dans le Geological Society of America Bulletin vient éclaircir les points d’ombre de cette extinction : ses causes, et le temps qu’il aura fallu pour détruire toutes ces espèces. Pour parvenir à ces conclusions, une équipe de chercheurs internationaux a analysé plusieurs couches de sédiments dans le Penglaitan, une région du sud de la Chine.

Des éruptions volcaniques cataclysmiques

A travers leur étude des différents sédiments retrouvés en Chine, les scientifiques ont pu dater les événements postérieurs au cataclysme. Et ces derniers en ont conclu que l’extinction qui s’en est suivi a été quasiment instantanée à l’échelle du temps géologique. En effet, en seulement 30 000 ans maximum (et peut-être même beaucoup moins, mais la précision des mesures ne nous permet pas d’en être absolument certains) la quasi-totalité des espèces animales et végétales présentes sur Terre se sont éteintes.

D’après cette étude, cette extinction serait due à une série d’éruptions volcaniques de grande ampleur, dont on a retrouvé les vestiges à travers des strates d’écoulement de lave en très grande quantité en Sibérie, qui couvrent une surface de 2 millions de kilomètres carré. En dégageant de grandes quantités de soufre, de méthane, de dioxyde de carbone et de cendres dans l’atmosphère, cette activité volcanique intense a créé un réchauffement très important du climat avec une acidification des océans qui a coûté la vie à de très nombreuses espèces.

Publié le samedi 22 septembre 2018 à 15:12, modifications samedi 22 septembre 2018 à 10:20

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !