Sci-Tech

La NASA confirme l’existence de plaques d’eau glacée sur les pôles de la Lune

Selon des scientifiques de la NASA, de la glace en grande quantité se trouverait sur la Lune. 

En cet été 2018, la Lune n’en fini pas de faire parler d’elle. Après avoir offert le spectacle de la plus longue éclipse totale du 21ème siècle, des scientifiques de la NASA ont confirmé lundi 20 août que le satellite de la Terre abritait des plaques de glace sur ses pôles.

Du gel surtout au pôle sud

Ainsi, le 20 août, une équipe d’astronomes a révélé dans une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences avoir analysé des images constituant les « premières preuves directes et définitives de la présence de glace d’eau exposée à la surface de la Lune ».

Une grande partie de la glace se trouve dans l’ombre des cratères à côté des pôles. Où la température est inférieure à 250 degrés Fahrenheit. La lumière solaire ne recouvre jamais ces parties de la surface à cause de la petite inclinaison de l’axe de rotation de la Lune.

A confirmé la NASA dans un communiqué.

En 2008,  la mission indienne Chandrayaan-1, qui signifie en sanskrit « véhicule lunaire », est envoyée en orbite par l’Organisation indienne pour la recherche spatiale (ISRO). A son bord, se trouvait un instrument mis en place par la Nasa : le Moon Mineralogy Mapper, également appelé M3. Ainsi, grâce aux données récoltées, les scientifiques ont pu confirmer l’existence de plaques de glace mélangées à la roche.

Ainsi, ces dépôts ont été repérés au niveau des deux pôles lunaires. Dans une zone où les rayons du soleil frappent le moins et où les températures atteignent -163°C. Or, la plupart des plaques d’eau gelées ont été repérées dans la zone du pôle sud, autour d’un ensemble de cratères nommés Haworth, Shoemaker, Sverdrup et Shackleton, nommés d’après de célèbres scientifiques ou explorateurs. A contrario, au pôle nord, la glace est apparue plus dispersée et étendue.

Selon Shuai Li, scientifique l’Institut de géophysique et de planétologie d’Hawaï, aux Etats-Unis :

Ce gel pourrait résulter des gaz qui émanent de la surface de la lune.

Il a également émis l’hypothèse :

On peut également penser que ces plaques de glace pourraient provenir de collisions entre la Lune et des comètes. Ou des météorites qui auraient alors laissé de telles traces lors du choc.

Vers un retour de l’Homme sur la Lune ?

Pour l’instant, les scientifiques ne peuvent affirmer avec certitude l’origine de la formation de cette substance. Pourtant, ils ne comptent pas en rester là. En effet, ils espèrent pouvoir « prélever des échantillons réels du sol et des glaces lunaires ». Ce qui pourrait relancer les projets d’exploration de la Lune.

Avec suffisamment de glace à la surface, sur quelques millimètres, l’eau pourrait peut-être devenir une ressource pour les futures expéditions d’exploration ou de séjour sur la Lune. Potentiellement plus facile d’accès que l’eau détectée sous la surface lunaire.

A avancé la NASA.

Ainsi, la NASA projette de renvoyer des humains sur la Lune, pour la première fois depuis décembre 1972.

Publié le mercredi 22 août 2018 à 14:57, modifications mercredi 22 août 2018 à 11:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !