Sci-Tech

De nombreuses planètes recouvertes d’eau pourraient abriter la vie

D’après cette nouvelle théorie, les nombreuses exoplanètes aquatiques que compte la planète pourraient abriter réunir les conditions nécessaires pour favoriser l’émergence de la vie.

D’après une nouvelle théorie élaborée par des scientifiques américains et dévoilée en août 2018, le nombre de planètes aquatiques dans l’univers seraient bien plus important que ce que nous pensions. D’après une estimation tirée de cette étude, elles seraient même 10 fois plus nombreuses que les planètes les plus grosses de la famille de Jupiter et Saturne.

Une autre équipe de chercheurs issus de l’université de Chicago vient d’émettre une théorie intéressante, selon laquelle une bonne partie de ces planètes pourraient réguler leur climat sur le long terme, créant ainsi les conditions pour que la vie émerge.

Une découverte qui transforme notre vision de la vie

Les calculs des chercheurs à propos des exoplanètes avaient permis d’aboutir en août à une conclusion étonnante. En effet, une proportion importante d’entre elles (on en compte 4000 actuellement recensés, et des milliards d’autres restent à découvrir) contiendraient jusqu’à 50% d’eau, un chiffre considérable par rapport aux 0,02% sur la Terre. Malgré cela, la plupart de ces planètes présentent des conditions climatiques extrêmes en apparence hostiles à la vie.

Dans une étude publiée le 31 août dans la revue Astrophysical Journal, des chercheurs issus de l’université de Chicago affirment qu’une planète entière recouverte par un Océan pourrait tout de même abriter la vie. La théorie selon laquelle il faudrait absolument des conditions en tous points similaires à la Terre pour voir la vie se développer pourrait donc être invalidée, d’après Edwin Kite, le principal auteur de cette étude fascinante et professeur assistant de géophysique à l’Université de Chicago.

Le subtil équilibre terrien

Dans le communiqué de presse partagé par l’université de Chicago, on peut lire que cette découverte constitue un changement de paradigme important. En effet, la plupart des chercheurs considéraient jusqu’à présent que les planètes recouvertes d’eau ne pouvaient pas conserver une stabilité climatique à l’image de la Terre pendant une période assez longue pour permettre à des formes de vie de se développer et de coloniser leur environnement.

En effet, la Terre présente des mécanismes sur le long terme qui lui permettent de conserver une température relativement stable (même si cette caractéristique se trouve actuellement entravée par le réchauffement climatique). Ainsi, la chaleur relâchée par le volcanisme permet de compenser la capture des gaz à effet de serre par les minéraux présents dans la roche. C’est donc cet équilibre très subtil qui a permis à la vie d’émerger sous une forme aussi riche et foisonnante sur notre planète.

Une stabilité de plusieurs milliards d’années sur d’autres planètes également

La plupart des chercheurs pensaient qu’il était impossible de voir émerger une telle stabilité climatique sur des planètes dont la surface est intégralement recouverte par de l’eau, et où les minéraux sont donc profondément enfouis. Mais en effectuant de nombreuses simulations sur ordinateurs, les chercheurs ont découvert que cela n’était pas forcément vrai. Ainsi, d’après Edwin Kite, les scientifiques ont eu la surprise de constater que des planètes aquatiques peuvent rester stables pendant des milliards d’année.

Ces mondes pourraient donc aboutir à l’émergence de la vie sans avoir recours au cycle terrien pour cela. Une subtile alchimie entre l’atmosphère et l’océan de ces planètes pourrait en effet stabiliser le climat global de ces mondes aquatiques.

Mais pour cela, il faut tout de même que ces planètes remplissent plusieurs conditions rares, comme une distance optimale par rapport à leur étoile ainsi qu’une quantité équilibrée de minéraux, d’eau, et de matières comprises dans leur roche. Il faut également que ces planètes rejettent assez de carbone dans l’atmosphère pour créer un climat adéquat, sans pour autant outrepasser une certaine limite qui pourrait rompre cet équilibre.

Pour multiplier les chances de trouver une planète pouvant potentiellement abriter la vie, il faudrait également trouver des étoiles présentent des caractéristiques similaires au soleil. Les naines rouges, dont les rayons lumineux sont plus stables et augmente moins en intensité que les autres étoiles, pourraient également être de bonnes candidates. Ces nouveaux critères de recherche nous permettront peut-être bientôt de trouver une exoplanète habitable, qui sait !

Publié le jeudi 6 septembre 2018 à 14:06, modifications jeudi 6 septembre 2018 à 13:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !