Affaire Sarkozy-Kadhafi

9 Articles

L’affaire Sarkozy-Kadhafi est une affaire politico-financière internationale déclenchée par la publication, par le journal en ligne Mediapart, le 12 mars et le 28 avril 2012, de deux documents laissant supposer l’existence d’un versement de 50 millions d’euros à des fins de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 de la part du régime libyen de Mouammar Kadhafi. Le montant officiel de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 était de 20 millions d’euros.

Un accord « sur le montant et les modes de versement » aurait été préparé en 2005 et validé en 2006 par Brice Hortefeux, ministre délégué aux collectivités locales, en présence de l’homme d’affaires Ziad Takieddine1, qui avait introduit en Libye dès 2005 les proches du ministre de l’Intérieur, notamment Claude Guéant et Nicolas Sarkozy lui-même. Béchir Salah, alors à la tête du Libyan African Portfolio (LAP), fonds d’investissement financier du régime libyen, aurait été chargé de superviser les paiements. Ziad Takieddine aurait par ailleurs secrètement conseillé Claude Guéant jusqu’à la veille de la guerre en Libye.

La divulgation de ces documents a mis en lumière le cas de Béchir Salah, ex-trésorier de Mouammar Kadhafi, recherché par Interpol, vivant protégé sur le territoire français depuis la révolution libyenne ayant entraîné la chute du régime et prenant la fuite en mai 2012.

Le 12 novembre 2015, un expert authentifie le document qui fait mention d’un don de 50 millions d’euros de Khadafi pour la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Le 30 mai 2016, les magistrats chargés de l’affaire rendent une ordonnance de non-lieu au bénéfice de Mediapart en réponse à la plainte de Nicolas Sarkozy pour faux et usage de faux. Le 21 mars 2018, à l’issue d’une garde à vue de 36h, Nicolas Sarkozy est mis en examen pour corruption passive, recel de fonds publics (étrangers) et financement illégal de campagne électorale.

(Wikipédia)

Cliquez pour charger plus d'articles