Sport

Tournoi de Wimbledon : Le terrible cri de douleur de la joueuse Bethanie Mattek-Sands

Les hurlements de l’Américaine Bethanie Mattek-Sands, blessée au genou droit, ont retenti sur le court et fait le tour des réseaux sociaux.

Une montée au filet, une reprise d’appuis et la catastrophe s’est produite. Jeudi 6 juillet, au tournoi de tennis à Wimbledon, les spectateurs du court n°17 ont assisté en direct à la terrible blessure de Bethanie Mattek-Sands.

S’il vous plaît aidez-moi ! S’il vous plaît, s’il vous plaît…

A hurlé l’Américaine, allongée au milieu du court.

La scène s’est produite au début de la troisième manche contre la Roumaine Sorana Cirstea, dans un match comptant pour le deuxième tour du Grand chelem anglais.

« Son genou était vraiment dans un sale état »

Ainsi, alors qu’elle appelle à l’aide à de multiples reprises, son adversaire se dirige vers elle et appelle à son tour les secours avec un visage horrifié.

J’ai paniqué. Je n’avais jamais vu une telle blessure avant, son genou était vraiment dans un sale état. C’est quelque chose que vous ne voyez que dans les films.

A expliqué Sorana Cirstea.

Descendu auprès d’elle, le mari de Bethanie Mattek-Sands a tenté de la consoler pendant que les médecins arrivaient.

Il s’agit d’une blessure aiguë au genou et elle a été conduite directement à l’hôpital.

A commenté sur Twitter, sa partenaire de double, la Tchèque Lucie Safarova, avec laquelle elle a remporté cinq trophées majeurs, mais jamais Wimbledon.

Les courts de Wimbledon pointés du doigt

Les courts de Wimbledon ont par le passé fait l’objet de polémique.

En effet, en 2013, la Bélarusse Victoria Azarenka s’était blessée à une cheville après une chute. A l’époque, elle avait remis en question la qualité des courts.

Tombée à plusieurs reprises lors de sa défaite contre la Portugaise Michelle Larcher de Brito la même année, la Russe Maria Sharapova avait eu mal à une hanche. Elle avait alors jugé le court N.2 « dangereux ».

Pourtant, la Roumaine n’a pas imputé cette blessure à l’état du terrain.

Nous savons tous que l’herbe est plus dangereuse que les courts en dur ou la terre battue. Mais ce qui est arrivé aujourd’hui, c’est de la malchance. Cela aurait pu arriver à n’importe qui.

A ainsi estimé Sorana Cirstea.

Publié le vendredi 7 juillet 2017 à 16:57, modifications vendredi 7 juillet 2017 à 16:57

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !