Sport

The Bridge : L’incroyable course entre un paquebot et 4 voiliers

The Bridge, la régate inédite à destination de New York, s’est élancée dimanche 25 juin dans une ambiance de fête, au large de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique.

Dimanche 25 juin, le monde de la course à la voile est entré dans une nouvelle ère à l’occasion d’une régate unique.

En effet, à 19 heures précises, le paquebot Queen Mary 2 a coupé la ligne de départ d’une course symbolique. Elle l’opposera contre les quatre plus beaux catamarans de course en activité. Dont ceux des détenteurs de records du monde Thomas Coville et Francis Joyon.

Car cette course transatlantique inédite à destination de New York s’est élancée dans une ambiance de fête, devant une centaine de milliers de spectateurs.

Ils étaient venus saluer, sous un soleil resplendissant, les bateaux de course mais surtout le majestueux paquebot de croisière. Celui- ci étant revenu pour l’occasion dans son port de construction, treize ans et demi après lui avoir fait ses adieux.

Le départ a été donné après des coups de canon tirés par le navire de guerre Primauguet. Ainsi que des feux d’artifice lancés depuis le pont de Saint-Nazaire. S’en est suivi le survol de l’estuaire de la Loire par l’A380, de retour du Salon du Bourget.

Une chance sur vingt de battre le Queen Mary 2

Cette course en équipages est celle de tous les superlatifs. D’un côté les plus grands multicoques (Classe Ultime, jusqu’à 32 m). Et de l’autre en toile de fond le Queen Mary 2, deuxième plus gros paquebot du monde. L’ensemble met aux prises quatre des plus grands navigateurs au large français.

Ainsi, qui de Thomas Coville (Sodebo), détenteur du record du tour du monde en solitaire (49 jours), de Francis Joyon (Idec), détenteur du record du tour du monde en équipages (40 jours), de François Gabart (Macif) ou d’Yves le Blévec (Actual), arrivera le premier à New York ?

On a une chance sur vingt d’aller plus vite que le Queen Mary 2. Et on va tout faire pour y arriver. Mais l’essentiel est ailleurs.

A souligné souligne François Gabart.

En effet, selon les derniers éléments météorologiques fournis dimanche par la direction de course, un anticyclone situé au-dessus de l’Atlantique complique la tâche des skippers. Ceux-ci ne devraient dons pas passer sous le pont Verrazano avant huit jours.

Quant au Queen Mary 2, il file droit à une vitesse moyenne de 29 noeuds (environ 53,7 km/h). Il est attendu samedi matin.

En outre, The Bridge s’inscrit dans le cadre des commémorations du centenaire du débarquement des militaires américains dans l’ouest de la France lors de la Première Guerre mondiale.

Elle permettra d’établir le premier classement des Ultime, les plus gros bateaux de compétition au monde.

Pourtant, au-delà de l’aspect historique de cette compétition rappelant l’arrivée par mer en 1917 des premiers contingents de l’armée américaine cette lutte inégale entre un paquebot affichant 28 nœuds de vitesse moyenne et quatre voiliers de course s’annonce passionnante.

Publié le lundi 26 juin 2017 à 9:03, modifications lundi 26 juin 2017 à 7:38

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !