Tennis

Tournoi de Cincinnati : Caroline Garcia trouve le prix des vols trop cher depuis Montréal

Lors d’une conférence de presse, la joueuse française s’est plainte du prix des billets d’avion entre Montréal et Cincinnati.

Au tournoi canadien de Montréal, Caroline Garcia a perdu en deux sets contre la numéro un mondiale, Simona Halep. Aussi, à l’issue de sa défaite (5-7, 1-6) dans ce quart de finale, la française était en conférence de presse. C’est alors qu’on lui demandait, vendredi dernier, quand elle prévoyait de se rendre à Cincinnati, qu’elle a tenu des propos surprenants. En effet, le tournoi américain, qui a démarré le 13 août, est l’un des plus prestigieux du circuit féminin. Il fait office de passage obligé pour les meilleures joueuses du circuit.

700$ : le prix des billets d’avion est trop élevé pour Caroline Garcia

Ainsi, après une déconvenue à Montréal, celles-ci se pressent d’ordinaire de s’y de rendre, afin de prendre leurs marques au plus tôt. Toutefois, ce n’est pas le cas de Caroline Garcia. La native de Saint-Germain-en-Laye n’est franchement pas fan des prix des billets d’avion entre les deux villes. Ainsi, elle estime qu’ils sont exorbitants, et n’a pas peur de le dire.

Aucune idée. J’ai regardé les vols. Ils sont si chers (…) et si longs ! Je suis désespérée. 700 balles [soit 615€] pour aller à Cincinnati (…) C’est une blague ?!

A-t-elle de fait répondu à un journaliste.

Mais la nouvelle numéro 5 au classement WTA ne s’est pas arrêtée là. Caroline Garcia, qui a gagné près de neuf millions de dollars dans sa carrière (dont plus d’un million cette année) et qui a une fortune estimée à quatre millions de dollars, en rajoute.

Caroline Garcia aurait voulu voyager à bord du jet privé des finalistes

À la deuxième question du journaliste qui lui demande si elle en profitera pour visiter les quartiers français de Montréal, elle acquiesce.

Oui, peut-être regarderai-je les vols sur les deux prochains jours. Je pense que j’ai un “bye” [exemptée de premier tour] à Cincinnati, du coup je ne jouerai que mardi ou mercredi. Peut-être pourrai-je encore rester ici [à Montréal] un jour de plus avant de partir. Ce n’est jamais facile, après une défaite, de penser dans la foulée au prochain lieu où tu dois te rendre. On sait que quelques fois aux États-Unis,  avec tous ces tournois, c’est compliqué d’aller d’un endroit à un autre. Le mieux est d’être finaliste et [ainsi] avoir droit au jet privé, mais je ne le suis pas. Ça craint !

Analysait-elle ensuite.

Toutefois, la française à fini par se rendre en terres américaines. Ce soir à 21h30, elle affronte l’ancienne leader de la WTA, la Bielorusse Victoria Azarenka.

Publié le mardi 14 août 2018 à 18:23, modifications mardi 14 août 2018 à 16:42

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !