Tennis

Roland-Garros : Dimitrov cède, Simon impuissant, Zverev survit

Surprise, frayeur et abnégation. Émotions de cette 4e journée à porte d’Auteuil.

Affiche Roland Garros 2018

À la surprise générale, Fernando Verdasco a sorti Grigor Dimitrov. Gilles Simon n’a rien pu faire contre Kei Nishikori. Alexander Zverev a été bousculé par Damir Džumhur.

Après sa belle saison 2017, Grigor Dimitrov retombe dans son inconstance. Entre Simon et Nishikori, le classement a été respecté. Le plus jeune des frères Zverev a quant à lui frôlé l’élimination.

Grigor Dimitrov n’y arrive plus

Le Bulgare a longtemps été considéré comme l’héritier de Roger Federer. Leur jeu similaire lui a d’ailleurs valu le nom de Baby Fed à son arrivée sur le circuit. Mais le manque de résultats probants de l’ex-compagnon de Maria Sharapova  fit déchanter les observateurs au fil du temps.
En 2016, Dimitrov prend comme coach Daniel Vallverdú. Le jeune entraineur (32ans) est celui qui a porté Tomáš Berdych à son meilleur rang ATP (n°4) l’année d’avant.
Le choix de Grigor Dimitrov s’avère payant. Dès l’été 2016, des éclairs de son génie réapparaissent. Guidé par le Vénézuélien, il connait en 2017 sa meilleure saison, avec entre autres la troisième marche du podium ATP en fin d’année, un titre en masters et un triomphe au tournoi des maitres en fin d’année.

On pensait le Bulgare guéri de sa fragilité, ce mental friable à l’origine de ses déroutes.
Mais force est de constater que les contre-performances s’accumulent depuis le début du semestre. Déjà à cette édition de Roland-Garros, il a été mis en difficulté par le NextGen Jared Donaldson. Cette défaite en trois sets contre l’imprévisible Espagnol Fernando Verdasco est donc moins surprenante qu’au premier abord.
7-6(4), 6-2, 6-4 : du haut de son classement, le talentueux Bulgare quitte le quartier d’Auteuil par la petite porte.

Les meilleurs moments :

Un Gilles Simon dépassé

On a eu du mal à reconnaitre le Français, finaliste la semaine dernière à Lyon (défaite contre Dominic Thiem). Non pas qu’il ait démérité, au contraire. Simon s’est battu avec ses armes, au maximum. Mais il n’a rien pu faire. Son intelligence de jeu, sa capacité à remettre la balle dans le court n’ont pas suffit. Puissant, autoritaire et en  soudain retour de forme, Kei Nishikori était injouable.
Le Japonais possède toutes les capacités que le Français a, la jeunesse et la puissance en plus. Nishikori a donc dicté les points à sa guise, dans des échanges dont on pressentait déjà l’issue finale. Sans surprise, Gilles Simon s’incline : 3-6, 1-6, 3-6.

Visionnez les temps forts :

 

Alexander Zverev se qualifie dans la douleur

Listé dans les favoris de Roland-Garros juste après l’ogre de l’ocre, Zverev s’en sort difficilement. Son entame de match était pourtant consciencieuse. Fidèle à son habitude, l’Allemand montrait un jeu certes académique, mais patient et efficace. Comme on s’y attendait, il remportait sans trop d’efforts un 1er set appliqué. Le prodige de 21 ans a cependant trouvé dès la 2e manche, un outsider de taille en Damir Džumhur.

Le n°1 de Bosnie-Herzegovine, transformé, s’est fendu d’un tennis inspiré, renversant les deux sets suivants en sa faveur. Agilité des déplacements, revers courts croisés, amortis…Džumhur a produit des points époustouflants pour s’octroyer un chance de battre Zverev. Mais ce dernier, en pleine confiance après sa brillante tournée sur terre battue, a répondu présent en puisant dans sa force mentale.

Malmené à 4-2 dans le quatrième set, il a su revenir à quatre jeux partout. S’étant fait re-breaker dans la foulée, il a, au jeu suivant, sauvé une balle de set contre lui. La suite a été un combat aussi indécis qu’il était épique. Zverev finit par l’emporter au bout du suspense, 6-2, 3-6, 4-6, 7-6(3), 7-5

devant un public conquis :

Publié le vendredi 1 juin 2018 à 18:15, modifications vendredi 1 juin 2018 à 18:19

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !