Tennis

Filippo Volandri révèle que Novak Djokovic a failli arrêter

Filippo Volandri, qui fut classé 25e mondial, affirme que Novak Djokovic a hésité à prendre sa retraite sportive en fin mars de cette année. Mais le Serbe a finalement su rebondir, avec les résultats que l’on sait.

Filippo Volandri donne cette information dans un entretien à Skysports après la victoire de Novak Djokovic à Wimbledon dimanche dernier. Ainsi, l’Italien soutient que Novak Djokovic souhaitait mettre un terme à sa carrière. D’après Volandri, la goutte d’eau qui aurait poussé le Serbe à bout est sa prestation à Miami cette année.

Filippo Volandri explique l’état d’esprit de Djokovic

En fin mars, Novak Djokovic se faisait sortir au 2e tour de l’Open de Miami par Benoît Paire, classé 47e. Cette contreperformance de l’ancien numéro 1 mondial succédait à un autre échec cuisant. En effet, la semaine d’avant, il perdait dès son entrée en lice à Indian Wells. Taro Daniel, alors 109e mondial et issu des qualifications, battait Djokovic en trois sets.

Aussi, c’est le cumul de défaites prématurées et de la douleur récurrente à son coude -deux états subis depuis plus de 18 mois- qui semble avoir eu raison de la motivation du champion. C’est en commentant la levée du 4e trophée de Wimbledon par le Serbe que Filippo Volandri livre la phrase alarmante de “Nole”.

Quand Novak Djokovic ne sait plus où il en est

Selon Filippo Volandri, après Miami, Novak se serait adressé en ces termes à son équipe :

Écoutez, nous devons discuter avec mes sponsors, parce que je ne sais pas si j’ai envie de continuer à jouer ou non (au tennis).

Aurait lâché le champion, à son staff inquiet.

J’en discutais justement avec Fabio Fognini il y a quelques jours. Mais nous savions qu’il lui suffirait de gagner deux matches de haut standing pour retrouver sa confiance en lui. Évidemment, nous n’attendions pas de gagner Wimbledon…Mais dès son match de 3e tour contre (Kyle) Edmund, on voyait un Djokovic beaucoup plus aguerri.

Finit par dire Volandri.

Il suggère implicitement que cette éventualité était connue de plusieurs personnes dans le circuit ATP.
Dans tous les cas, son analyse rejoint celles de Richard Krajicek et Patrick Mouratoglou. Les deux hommes soutenaient en début de semaine que durant sa phase d’errance, Novak Djokovic n’avait certainement pas perdu son jeu, seulement son “killer instinct”.

Publié le jeudi 19 juillet 2018 à 14:13, modifications jeudi 19 juillet 2018 à 11:35

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !