Sport

Tennis: la certitude Federer à Indian Wells, les inconnues Djokovic et Williams

Après ses triomphes à Melbourne et Rotterdam, Roger Federer, redevenu N.1 mondial, fait figure de grand favori du Masters 1000 d’Indian Wells, en l’absence de Rafael Nadal, tandis que Novak Djokovic est en quête de repères après son opération du coude droit début février.

Pour le tournoi féminin qui débute dès mercredi, une seule question intéresse les observateurs: que peut vraiment espérer la reine Serena Williams, devenue mère en septembre dernier, pour son retour après plus d’un an d’absence?

Federer, le roi du ciment

Qui peut faire trébucher Federer dans le premier Masters 1000 de l’année?

Pas son grand rival Rafael Nadal qui a fait l’impasse sur la tournée américaine Indian Wells/Miami pour ménager sa jambe droite qui le fait souffrir depuis l’Open d’Australie.

Autre absent de marque, son compatriote Stan Wawrinka qu’il avait battu en finale du tournoi californien en mars 2017 mais qui, opéré d’un genou l’été dernier, a préféré rester en Europe.

Federer ne craint, à 36 ans, de toute façon personne: il n’a perdu que trois sets en douze matches disputés en 2018.

Plus fort encore, depuis janvier 2017, le Suisse est sans rival sur ciment avec 52 victoires pour quatre défaites (92,9%).

Une certitude, avec son doublé Indian Wells/Miami en 2017, le joueur aux 97 titres, redevenu numéro un mondial mi-février, a beaucoup de points à perdre (2000 pts) au classement ATP dans les semaines à venir. Pour conserver sa place au sommet, le Suisse devra au moins atteindre les demi-finales du tournoi californien.

 Djokovic dans le flou

Avec 82,4% de victoires sur cette surface, le ciment est la surface de prédilection du Serbe. Mais le quintuple vainqueur du tournoi d’Indian Wells a perdu de sa superbe.

Le Serbe Novak Djokovic face au Sud-Coréen Chung Hyeon en 8e de finale de l'Open d'Australie, le 22 janvier 2018 à Melbourne

(credit photo AFP/Archives) Le Serbe Novak Djokovic face au Sud-Coréen Chung Hyeon en 8e de finale de l’Open d’Australie, le 22 janvier 2018 à Melbourne

Retombé à la 13e place mondiale, l’ancien N.1 mondial n’a disputé qu’un tournoi en 2018, l’Open d’Australie, où il a chuté en 8e de finale face au Sud-Coréen Chung Hyeon.

Depuis, il a décidé de se faire opérer du coude droit pour soigner définitivement une blessure qui le perturbait depuis deux ans.

“Djoko”, 30 ans, est depuis resté très discret: tout juste sait-on qu’il s’est entraîné à Las Vegas sous l’oeil d’Andre Agassi avant d’arriver à Indian Wells.

Serena reste ambitieuse

Je suis impatiente, tout le monde doit avoir des grandes ambitions à Indian Wells, moi y compris

a prévenu la reine du tennis féminin.

A 36 ans, la cadette des soeurs Williams, lauréate de 23 titres du Grand Chelem, n’est pourtant plus apparue sur le circuit WTA depuis plus d’un an.

Elle a certes disputé deux tournois-exhibition à Dubaï en décembre et à New York lundi, ainsi qu’un double sans enjeu lors du 1er tour de la Fed Cup le mois dernier, mais selon son entraîneur Patrick Mouratoglou, son comeback après la naissance de sa fille Alexis Olympia et les complications médicales post-accouchement est “le plus grand défi de sa carrière”.

Le Français Lucas Pouille face à l'Espagnol Roberto Bautista en finale du tournoi de DubaÏ, le 3 mars 2018

(credit photo AFP/Archives) Le Français Lucas Pouille face à l’Espagnol Roberto Bautista en finale du tournoi de DubaÏ, le 3 mars 2018

“Elle sait que retrouver son meilleur niveau peut prendre du temps, il y a encore trois tournois du Grand Chelem en 2018, cela sera ses trois objectifs de l’année”, a expliqué Mouratoglou au site internet de la WTA.

Pour son entrée en lice à Indian Wells samedi, elle sera opposée à la Kazakhe Zarina Diyas, 53e mondiale, qu’elle a toujours battue en deux confrontations.

 L’espoir Pouille

Après sa défaite en finale du tournoi de Dubaï face à l’Espagnol Roberto Bautista, Lucas Pouille est aux portes du top 10.

Le N.1 français et 12e mondial représente l’un des rares espoirs du camp tricolore dans un tournoi qui traditionnellement, avec ses fortes températures et son vent, ne leur réussit pas.

A suivre aussi Caroline Garcia (N.7 mondiale) qui, après son échec en 8e de finale à Melbourne, a été stoppée dès les quarts de finale à Doha.

Publié le mercredi 7 mars 2018 à 16:22, modifications mercredi 7 mars 2018 à 16:14

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !