Rugby

L’équipe du Zimbabwe forcée de dormir dans la rue en Tunisie

L’équipe nationale de rugby du Zimbabwe a vécu un véritable calvaire en Tunisie. En effet, selon eux, l’hôtel qui devait les accueillir étant en très mauvais état. Les sportifs ont alors décidé de dormir dans la rue.

Scène incroyable en Tunisie. Le XV du Zimbabwe forcé de dormir dans la rue faute d’un logement décent pour eux. Une polémique a éclaté entre les deux pays.

Dans des couvertures sur le trottoir

Ce samedi 7 juillet, l’équipe de rugby du Zimbabwe affronte la Tunisie dans un match qualificatif pour la Coupe du Monde 2019 qui aura lieu au Japon. Mais, les joueurs n’ont pas été vraiment bien accueillis dans le pays. A la frontière, ils ont tout d’abord été retenus pendant six heures. La raison ? Ils devaient payer 600 € pour leurs visas selon les autorités. Puis, en arrivant à l’hôtel, les sportifs ont trouvé un lieu infect dans lequel ils ont choisi de ne pas rester. La rue leur semblait une meilleure option.

Notre équipe nationale de rugby est traitée de la façon la plus épouvantable en Tunisie. Ils ont été contraints de dormir dans la rue car le logement qui leur a été offert était dégoûtant.  Comment peut-on accepter que notre équipe nationale, notre porte-drapeau, soit traitée ainsi ?

interroge l’ex-ministre des Sports du pays, David Coltart.

Les deux problèmes, semblent être le fait de la Tunisie. De fait, c’est le pays hôte qui doit se charger de l’accueil dans la fédération. Le délégué tunisien en charge du rugby a fini par présenter ses excuses face à la polémique.

Je peux vous assurer qu’il n’y avait absolument aucune intention de déstabiliser nos adversaires et nous ferons tout notre possible pour nous assurer qu’ils auront une bonne préparation avant le match de samedi.

Rendez-vous sur le terrain après une bonne nuit de sommeil…

Publié le jeudi 5 juillet 2018 à 12:50, modifications jeudi 5 juillet 2018 à 12:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !