Sport

Racisme dans le football : Mario Balotelli aurait été victime d’insultes lors du match contre Dijon

L’attaquant de l’OGC Nice, Mario Balotelli, a indiqué avoir été victime de cris racistes proférés à son encontre lors du match de championnat disputé samedi soir à Dijon. La commission de discipline de la Ligue de football professionnelle (LFP) va se pencher sur ce dossier le jeudi 15 février 2018.

Le racisme dans le football est un sujet tabou qui détériore l’image des supporters et de certains clubs. Ce fléau a malheureusement fait beaucoup de dégâts dans certains clubs italiens notamment. L’ancien joueur du PSG, Blaise Matuidi avait été récemment victime de cris racistes de la part de fans de Cagliari lors d’un match de Serie A italienne avec la Juventus Turin.

Un incident grave lors du match de samedi entre Dijon et Nice ?

Le championnat de France de la Ligue 1 Conforama vient d’être confronté à un cas affligeant et alarmant, s’il s’avérait véridique, dans les tribunes du Stade Gaston-Gérard, à Dijon. L’attaquant italien de l’OGC Nice, la star mondiale Mario Balotelli, s’est dit victime d’insultes racistes proférées par les supporters dijonnais, à son égard, durant la rencontre de samedi soir. Selon des informations de l’AFP et du Figaro, Mario Balotelli aurait « entendu des cris de singe à son encontre » lors de la défaite de Nice à Dijon (3 à 2), samedi soir.

D’après des précisions de RMC Sport, aucun membre de la délégation niçoise, les joueurs et le staff, n’a entendu de tels propos de la part du public dijonnais. L’OGC Nice devait effectuer une écoute approfondie des bandes sonores du match, ce dimanche.

Mario Balotelli sort de son match pour des raisons évidentes !

Mario Balotelli avait malheureusement écopé d’un carton jaune lors du match de samedi soir suite à des gestes d’énervement à l’encontre du public après ces cris racistes. L’attaquant souhaitait ainsi manifester sa colère et son incompréhension face à l’attitude de haine de la part d’une infime minorité de spectateurs dijonnais. L’international italien avait ensuite indiqué à l’arbitre avoir été victime de cris racistes. L’arbitre de la rencontre de samedi soir entre Dijon et Nice était Monsieur Nicolas Rainville.

La décision de la LFP attendue cette semaine suite à un possible grave dérapage de certains supporters dijonnais

Le cas de Mario Balotelli a donc été étudié ce lundi par la LFP. Selon des informations de L’Equipe, le rapport du délégué de la rencontre a notamment été examiné dès ce lundi par la ligue. La LFP décidera d’éventuelles suites à donner à cette affaire dans le cadre d’une nouvelle réunion. La Ligue de football professionnel (LFP) a indiqué, auprès de l’AFP, que le dossier de ce grave incident allait être étudié ce jeudi 15 février, par la commission de discipline. La LFP précise qu’elle ne dispose pas malheureusement d’autres éléments à ce stade.

La solidarité de l’équipe de Dijon envers Mario Balotelli

Le joueur de Dijon, Wesley Saïd, a tenu à apporter son soutien à Mario Balotelli sur les réseaux sociaux .

Point noir de la soirée : les insultes envers Mario Balotelli. Nous savons très bien que ce ne sont pas nos supporters mais juste une poignée de supporters mal intentionnés. Cela n’a rien à faire sur les terrains de foot et même dans la vie de tous les jours.

Les associations Kick It Out et SOS Racisme scandalisées

L’organisation britannique Kick It Out, qui lutte contre les discriminations, a publié un communiqué suite à ce dérapage raciste grave sur une pelouse en France. L’association s’est notamment dite « choquée » par le carton jaune infligé à Mario Balotelli alors qu’il souhaitait « attirer l’attention de l’arbitre sur des cris racistes ». Kick It Out attend « une réponse forte » des instances du football français.

SOS Racisme a également tenu à réagir dans un communiqué ce dimanche suite à cet incident majeur. Le secrétaire général de l’association, Hermann Ebongué, a tenu à dénoncer les propos de l’entraîneur dijonnais Olivier Dall’Oglio, à l’issue du match.

M. Dall’Oglio a d’emblée tenu à minimiser les actes de ses supporters en parlant de la responsabilité de deux ou trois individus seulement alors que rien à ce stade ne permet de savoir qui sont les éventuels auteurs de ces cris racistes. Ensuite, pour défendre la probité de ses supporters, il a mis en avant le « stock » de joueurs de couleur évoluant à Dijon. L’emploi de ce mot « stock » est tout simplement ignoble. Comme s’il s’agissait de simples marchandises… Pas un mot des dirigeants, pas un communiqué sur le site internet du club. Le fait qu’aucune image ne vienne confirmer l’existence des cris racistes dont s’est plaint Mario Balotelli devrait déclencher l’ouverture d’une enquête. Ou le lancement d’un appel à témoins, comme le font les clubs anglais dans de pareilles situations.

SOS Racisme a aussi critiqué le manque de prévention de la LFP contre les actes racistes.

À chaque fois, on s’émeut, on déplore, on dénonce après-coup, mais rien n’est fait en amont.

Les annonces de la commission de discipline de la LFP, ce jeudi, sont donc attendues avec beaucoup d’impatience dans le cadre de cette affaire des insultes racistes présumées lors de la rencontre entre Dijon et Nice.

Publié le mardi 13 février 2018 à 9:28, modifications mardi 13 février 2018 à 8:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !