Sport

Le PSG écrase le Barça : la presse espagnole enfonce le clou

Au lendemain du match aller, la presse espagnole n’a pas de mots assez durs pour qualifier la défaite 4-0 du FC Barcelone face au PSG en Ligue des Champions.

4-0 ! Ce n’était pas arrivé au FC Barcelone depuis une éternité. Alors que l’euphorie règne à Paris, au lendemain d’une victoire historique contre le Barça, le football espagnol s’est réveillé avec la gueule de bois. La presse sportive nationale n’est en effet pas tendre avec le club catalan, évoquant un « naufrage » face à un PSG qui lui a marché dessus. Petite revue des titres de ce matin.

La leçon de football du PSG passe mal

C’est une défaite particulière pour les Barcelonais. En effet l’humiliation infligée par le club français l’a été sous la houlette d’Unai Emery. Coach du FC Séville jusqu’à l’été dernier, il affichait la terrible statistique d’une seule victoire pour 23 matchs contre le FC Barcelone.

De son côté, le PSG restait sur une série d’éliminations face à l’ogre catalan. Il s’agit donc d’un brutal renversement du rapport de forces que Sport ne manque pas de souligner. Le quotidien sportif titre “Ceci n’est pas le Barça” et parle d’une “humiliation historique”. Unanime, la presse espagnole se montre sans pitié.

La une du Mundo Deportivo est ainsi barrée d’un « DESASTRE », en français dans le texte, en surplomb d’un Messi dépité.

La victoire d’Unai Emery sur Luis Enrique

Messi et ses coéquipiers sont sûrement encore tout étourdis par la performance parisienne. Les mots de la presse vont vraisemblablement les piquer au vif, tant les mots sont durs. Même la presse généraliste fait une place à l’évènement. « Le PSG d’Emery a humilié le Barça de Luis Enrique » titre ainsi la Vanguardia, et évoque un Barcelone méconnaissable :

L’équipe de Luis Enrique ressemblait à un chat apeuré sur le bitume d’une quatre voies à regarder les bolides circuler en étant paralysés.

Marca, sur la même ligne, se montre lapidaire « Emery détruit le Barça ».

C’est surtout la victoire tactique d’Unai Emery qui est soulignée, face à l’échec de Luis Enrique et de sa MSN. Incapable de fixer un plan de jeu lisible et resté sans réaction, il est la principale cible des critiques. Une analyse partagée aussi par Sport, qui dans l’édito de son directeur Ernest Folch pointe la dépendance de l’équipe à son trio d’attaque.

Un naufrage sans entraîneur (…) Le Barça ne sait plus comment il joue, son idée de jeu se réduit dangereusement aux éclairs des trois de devant.

Des mots doux et des remarques avisées, que les joueurs barcelonais auront le temps de méditer d’ici le match retour. Celui-ci aura lieu le 8 mars au Camp Nou.

Publié le mercredi 15 février 2017 à 12:02, modifications mercredi 15 février 2017 à 12:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !