Sport

JO-2018 : Une mystérieuse épidémie de gastro fait trembler Pyeongchang

A quelques heures de l’ouverture des JO d’hiver 2018 de Pyeongchang 1 200 agents de sécurité ont été étrangement terrassés par une épidémie de gastro-entérite

Alors que la Corée du Sud peaufine les derniers préparatifs à la veille d’ouverture des JO d’hiver 2018, un norovirus inquiète les organisateurs. En effet, plus de 1.200 agents qui devaient assurer la sécurité de la compétition ont été contraints de se retirer. Ils ont été terrassés par une épidémie de gastro-entérite, a annoncé le comité d’organisation mardi 6 février. Sur ces 1 200 personnes, 41 ont ressenti dimanche de soudaines diarrhées et envies de vomir. Elles ont été transférées à l’hôpital où il leur a été diagnostiqué un norovirus.

Mise en quarantaine

A l’origine de la plupart des gastro-entérites, le norovirus est hautement contagieux et peut également se transmettre par la nourriture ou l’eau. Ainsi, les agents de sécurité des sites olympiques ont été priés de rester chez eux pour éviter toute propagation de l’épidémie. Les 41 cas qui ont été formellement identifiés ont été mis en quarantaine.

Des mesures très strictes sont en place en ce qui concerne la nourriture et les boissons. Dès qu’un cas est signalé, toute la zone est désinfectée.

A déclaré le directeur exécutif du CIO (Comité international olympique), Christophe Dubi, cité par Le Monde.

L’objectif étant bien sûr que ce virus, particulièrement contagieux, n’atteigne pas les athlètes qui prennent progressivement leurs quartiers dans la station sud-coréenne. En effet, pas moins de 3.000 sportifs de 92 nations sont attendues pour ces JO. Dans le même temps 17.000 volontaires sont en charge du bon déroulement de l’événement.

Par ailleurs, le Comité procédait toujours à des recherches concernant l’eau et la nourriture dans un établissement que ce personnel avait l’habitude de fréquenter. Les denrées alimentaires et l’eau ont été analysées, alors que des désinfectants pour les mains ont été distribués. En outre, 18 autres lieux de restauration font aussi l’objet de cette recherche.

Toutefois, cette épidémie de gastro-entérite devrait épargner les athlètes. En effet, les personnes touchées, toutes employées d’une entreprise privée, étaient logées dans un centre pour jeunes de Pyeongchang. Celui-ci étant séparé du village des athlètes.

Il n’y a aucun cas confirmé chez les athlètes. Et c’est le plus important ici.

A rassuré Kim Hyun-Jun, le directeur du Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies, à l’occasion d’une conférence de presse.

Nous faisons de notre mieux pour prévenir tout type d’accident qui les empêcherait de défendre leurs chances.

Remplacés par des militaires

Neuf cents militaires ont été appelés à la rescousse pour remplacer les absents. Et faire en sorte que tout soit prêt et sécurisé à quelques heures de la cérémonie d’ouverture, prévue vendredi 9 février (à 12h, heure française).

En attendant, alors que la compétition débute ce jeudi avec le curling, les conversations tournent autour du grand froid qui touche cette région de Corée du Sud, surnommée les Alpes coréennes. En effet, au regard des prévisions météorologiques, ces JO 2018 pourraient bien être les plus froids de l’histoire.

Or, ces températures glaciales pourraient forcer des athlètes et des officiels à renoncer à la cérémonie d’ouverture. En effet, celle-ci se déroulera vendredi dans un stade sans toit et exposé aux éléments. Pendant la cérémonie, des kits de survie, comprenant une couverture, des packs chauffants pour les mains et les pieds et un coussin chauffant, seront distribués par les organisateurs. Déjà, la délégation italienne a ordonné à ses membres qui souffrent de problèmes cardiaques ou de diabète de ne pas s’y rendre. En outre, elle a demandé à ses athlètes de rester en mouvement pendant toute la cérémonie.

Publié le jeudi 8 février 2018 à 12:33, modifications dimanche 11 février 2018 à 15:37

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !