Football

L’international anglais Danny Rose a demandé à sa famille de ne pas aller en Russie pour la coupe du Monde 2018

Face aux menaces sécuritaires et au racisme, Danny Rose a demandé à sa famille de rester à la maison. Le joueur ne veut pas prendre de risques.

Les Anglais sont fous de football. Même s’ils n’ont gagné qu’une seule fois le Mondial en 1966 à domicile, ils espèrent toujours, tous les 4 ans. Toutefois, pour cette édition en Russie, l’engouement n’est pas vraiment au rendez-vous. Le comportement de Danny Rose en est la parfaite illustration.

L’ombre de l’affaire Skripal

Dany Rose est un latéral de l’équipe d’Angleterre. En Russie, il va disputer sa première Coupe du Monde. Normalement, pour ce genre d’événement, on veut le partager avec ses proches. Les inviter à venir célébrer. Mais, dans une longue interview à la presse britannique relayée par le Monde, le joueur de Tottenham a pris une posture opposée. En effet, ce dernier explique qu’il a conseillé à sa famille de ne pas venir. 

Je ne suis pas inquiet pour moi-même, mais j’ai dit à ma famille que je ne voulais pas qu’elle m’accompagne, à cause du racisme et des autres choses qui peuvent arriver. Je ne veux pas m’inquiéter pour la sécurité de ma famille alors que je suis en train de me préparer pour les matches. Si quelque chose m’arrive, cela ne m’affecterait pas autant que si c’était ma famille qui était touchée.

Le problème du racisme

Dans le viseur de Danny Rose, on trouve notamment les problèmes de racisme. Paul Pogba en avait été victime sur le terrain lors du match amical Russie-France. L’aspect sécuritaire interroge aussi. Après tout, la Russie a donné naissance à une police touristique afin d’assurer la protection des visiteurs. D’ailleurs, Danny Rose juge que l’amende infligée à la Russie après les insultes racistes est risible.

Une amende de 22 000 livres, c’est dégoûtant. Qu’est-ce qu’ils espèrent ? Je ne veux pas paraître arrogant, mais si j’avais été sanctionné d’une amende de 22 000 livres ça ne ferait pas la différence. Une amende de 22 000 livres pour un pays, c’est risible.

De façon générale, l’ambiance entre les deux pays est particulièrement tendue. Des tensions accentuées par l’affaire Skripal. La tentative de meurtre d’un ex-agent russe sur le sol britannique interroge aujourd’hui encore.

Enfin, les Britanniques qui sont en général nombreux sur les événements sportifs ne devraient pas être plus de 10.000 en Russie selon les estimations. À peine plus que les Péruviens qui vont traverser la moitié du monde.

Publié le vendredi 8 juin 2018 à 17:37, modifications vendredi 8 juin 2018 à 16:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !