Sport

Euro 2016 : La victoire du Portugal apporte un sursaut financier au pays

La victoire de l’équipe du Portugal à l’Euro 2016 est perçue comme une forme de revanche sur la crise économique qui touche le pays depuis six ans. Pourtant, la coupe Henri-Delaunay ne sera pas suffisante pour empêcher de nouvelles sanctions de la part de l’Union européenne.

Ce premier titre européen remporté par l’équipe du Portugal, le dimanche 10 juillet face à la France au Stade de France est une véritable aubaine pour le pays.

Il s’agit tout d’abord d’une revanche sportive, puisque pour la première fois de son histoire, le Portugal a réussi à devenir champion d’Europe (après notamment une défaite en finale à l’Euro 2004, face à la Grèce).

Mais il s’agit également d’une revanche au sein de l’Union européenne, puisque cette victoire intervient alors que le Portugal vit une convalescence lente et pénible après l’une des pires crises économiques de son histoire contemporaine.

En effet, en 2010 la crise de la dette qui a frappé la Grèce n’avait pas tardé à se répandre au Portugal.

Début juillet, la Commission européenne avait lancé une procédure de sanctions contre la politique budgétaire du Portugal. L’objectif était notamment de contraindre le pays à mettre en place de nouvelles mesures d’austérité. L’union européenne estimait que le gouvernement n’avait pas mis suffisamment de moyens pour corriger leur trajectoire budgétaire.

Ainsi la victoire de l’équipe lusitanienne a réussi à redonner aux Portugais un peu d’optimisme sur leur influence au sein de l’Europe.

Le ministre des Finances, Mario Centeno, a été chaudement applaudi par ses homologues à Bruxelles alors qu’il arborait l’écharpe de la Selecçao.

Si ce succès n’a pas écarté la menace de sanctions budgétaires, il aura au moins permis de donner un sursaut à l’économie portugaise.

La marque Portugal a gagné en notoriété, le nom du pays a été mentionné un nombre incalculable de fois. Jamais le gouvernement n’aurait eu les moyens de se payer une telle campagne de pub!

A expliqué Daniel Sa, le directeur de l’institut portugais de marketing (IPAM) à l’AFP.

L’industrie du tourisme est également sortie victorieuse.

On boit, on mange, on se déplace … cette consommation n’aurait pas existé sans l’Euro.

A ajouté Daniel Sa.

Selon l’institut IPAM, l’effet macroéconomique de cette victoire représente 610 millions d’euros, soit 0,34% du PIB.

Le triomphe de la Selecçao donnera des ailes à un pays qui croule sous les problèmes financiers. Mais il n’y aura pas de miracle économique grâce au football.

A estimé Domingos Amaral, profession d’économie du sport.

Certes trop peu pour changer le cours de la crise économique. Mais, sans doute suffisante pour redonner de l’espoir, après la quasi faillite du pays et une politique d’austérité imposée par Bruxelles.

Publié le samedi 16 juillet 2016 à 16:01, modifications jeudi 30 novembre 2017 à 12:53

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !