Sport

Euro 2016 : La famille d’Antoine Griezmann tiraillée…

C’est une finale pas comme les autres que s’apprête à vivre Antoine Griezmann. La star de l’Equipe de France sera opposée ce dimanche soir au Portugal, la terre de ses aïeux…

Le grand jour est arrivé. Dans quelques heures, les Bleus affronteront le Portugal en finale de l’Euro 2016. Un match pas comme les autres pour les hommes de Didier Deschamps, et en particulier pour Antoine Griezmann. Avec 6 buts au compteur, l’attaquant français est le meilleur buteur de la compétition et par la même occasion le nouveau petit chouchou de l’Equipe de France. Il n’est donc pas étonnant que cette finale Portugal – France ait une saveur particulière pour le footballeur… et ses proches.

En effet, comme le rappelle le quotidien Le Parisien, Antoine Griezmann aurait pu être dans le camp adverse ce soir. En effet, sa maman Isabelle, née Lopes, est une fille d’immigrés portugais. Les grands-parents du footballeur ont quitté le Portugal en 1957 afin de s’installer à Mâcon. D’ailleurs, c’est de son grand-père, Amaro Lopes, qu’Antoine Griezmann a hérité de sa passion pour le football puisque celui-ci était footballeur professionnel à Paços de Ferreira, dans le nord du Portugal. Si ce dernier est décédé alors que le joueur n’avait qu’un an, il semble lui avoir transmis son talent en héritage.

Antoine Griezmann a fait ses premiers pas de footballeur Sporting Club de Mâcon, qui organise chaque année un tournoi au nom de son grand-père. Philippe Alves, le président du club, avoue d’ailleurs :

Les jeunes poussent pour Antoine, mais la plupart des gens seront plutôt pour le Portugal.

Des fans tiraillés, tout comme les membres de la famille de l’attaquant français pour qui cette finale sera “un crève-coeur”. Bien évidemment, le footballeur pourra compter sur le soutien inconditionnel de ses premiers fans, à savoir ses parents, son frère et sa soeur. Cependant, nos confrères du Parisien révèlent également :

La plupart de ses oncles et cousins mâconnais d’origine portugaise étaient présents à Lyon pour Hongrie – Portugal (3-3) et redoutaient ce scénario. Un de ses cousins porte même la croix portugaise jusque sur la peau — un tatouage sur le mollet…

Quel que soit le score, nul doute que tous fêteront cette finale pas comme les autres.

 

 

Publié le dimanche 10 juillet 2016 à 11:45, modifications dimanche 10 juillet 2016 à 11:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !