Sport

Espagne: le Real éternue à une semaine de Paris

Sans Cristiano Ronaldo ménagé, le Real Madrid a été refroidi en fin de match par l’Espagne (1-0), mardi pour la 26e journée du Championnat d’Espagne, voyant s’interrompre sa série victorieuse à une semaine du 8e retour de Ligue des champions à Paris.

Un but de Gerard Moreno dans le temps additionnel (90e+3) a permis à l’Espanyol Barcelone de s’imposer à domicile sous un mélange de pluie et de neige au stade de Cornella-El Prat. Une sanction logique pour l’équipe de Zinédine Zidane, sauvée à plusieurs reprises par son gardien Keylor Navas et freinée par le portier adverse Diego Lopez, un ancien de la “Maison Blanche”.

“C’est un pas en arrière”, a déploré Zidane au micro de beIN Sports Espagne.

Je suis un peu en colère pour mes joueurs, le fait d’avoir pris un but à la dernière minute face à un adversaire qui n’a pas eu beaucoup d’occasions, c’est difficile. Mais nous nous en relèverons.

Cette défaite inattendue met un terme à l’enchaînement de cinq succès consécutifs réussi ces dernières semaines par le Real et laisse le club merengue (3e, 51 pts) à la portée de Valence (4e, 49 pts), opposé mercredi à l’Athletic Bilbao.

L’Atlético Madrid (2e, 58 pts) et le FC Barcelone (1er, 65 pts), qui s’affronteront dimanche dans un choc au sommet, jouent respectivement contre Leganés mercredi et à Las Palmas jeudi.

Manque de concentration

Cela ressemble à un soir sans pour le Real, qui nourrissait pourtant l’espoir de revenir sur le duo de tête dans le sprint final. Et cette prestation un peu frileuse traduit à la fois la crainte des blessures à l’approche de la C1 et le poids des absences, sans Ronaldo laissé au repos ni les blessés Marcelo, Luka Modric et Toni Kroos.

Ainsi, peut-être par manque de concentration, le onze merengue a été bousculé par l’Espanyol.

C’est d’abord une relance manquée de Raphaël Varane, pourtant très bon par ailleurs, qui a permis à Gerard Moreno de se présenter seul devant Navas, auteur d’une parade du pied (26e).

Puis, le même Gerard a marqué d’un tir en pivot mais le trio arbitral a annulé l’action pour un hors-jeu plus que discutable (30e).

Finalement, après de multiples banderilles (77e, 88e), Gerard a fini par être récompensé d’une très belle demi-volée tout au bout du temps additionnel (90e+3), soit son 11e but dans cette Liga.

Terne Bale

Par contraste, côté Real, la soirée de Gareth Bale a été bien terne.

C’était pourtant le soir idéal pour lui, sans Ronaldo et avec Benzema remplaçant. Et le Gallois fêtait un jalon important en égalant David Beckham comme le joueur britannique comptant le plus de matches joués en Liga (116 matches, 61 buts).

L'entraîneur du Real Madrid Zinedine Zidane lors du match contre l'Espanyol le 27 février 2017

(credit photo AFP) L’entraîneur du Real Madrid Zinedine Zidane lors du match contre l’Espanyol le 27 février 2017

Mais Bale n’a pas obtenu de penalty lorsque sa frappe rasante dans la surface a été stoppée de la matin par Victor Sanchez venu tacler (41e).

Et il a constamment manqué de réussite, comme s’il manquait de conviction (7e, 43e, 63e, 67e)…

A 20 minutes de la fin, alors que le score restait désespérément vierge, Zidane a fait entrer Benzema (68e), sans effet, puis il a fait sortir Bale (80e), sans plus d’efficacité.

Si on a perdu ici ce soir, c’est que les choses n’ont pas fonctionné. Mais c’est lié à plusieurs facteurs, pas un seul joueur ou une seule action

a dédramatisé Zidane.

Ce revers ne devrait pas prêter à conséquences pour le Real Madrid, qui espère récupérer dans les prochains jours certains de ses blessés. Samedi, à domicile contre Getafe, Zidane aura l’occasion d’une dernière revue d’effectif avant d’aller au Parc des Princes, avec l’envie et l’obligation de montrer un bien meilleur visage.

Publié le mercredi 28 février 2018 à 14:54, modifications mercredi 28 février 2018 à 17:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !