Sport

Le come-back de Lance Armstrong

L’ancien coureur du Tour de France et septuple vainqueur de l’épreuve déchu de ses victoires, Lance Armstrong, est de retour sur les routes de la compétition. Non aligné en tant que participant, il se présente en vue d’une action caritative. Sa présence est contestée par de nombreuses personnalités. Explications.

Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu Lance Armstrong sur les routes du Tour de France. Pas depuis son dernier Tour, où il avait terminé la compétition à une 23ème place, en 2010. Loin de lui l’envie de participer une ultime fois à la course cycliste du mois de juillet, cette fois-ci c’est dans un tout autre but qu’il est présent les jeudi 16 et vendredi 17 juillet 2015.

En effet, l’américain participe à une opération de charité nommée Le Tour, One day ahead. Une équipe de 11 cyclistes, composée de 9 hommes et de 2 femmes, vont parcourir les 13ème (longue de 198,5 km allant de Muret à Rodez) et 14ème étape (longue de 178,5 km allant de Rodez à Mende) du Tour 2015. Le but de cette action est de lever des fonds pour une association Cure Leukaemia (en français, Soigner la leucémie).

Mais la présence de Lance Armstrong est très contestée et très controversée. En effet, bien qu’ayant été considéré comme un des plus grands cyclistes de tous les temps avec ses sept victoires sur la Grande Boucle entre 1999 et 2005, l’américain a été destitué. En 2012, à la télévision américaine lors d’une interview menée par la célèbre animatrice américaine Oprah Winfrey, le coureur a avoué s’être dopé pendant ses participations sur le Tour de France. Cette même année, il a été banni à vie du monde du cyclisme.

Cela ne l’empêche apparemment pas de se représenter sur les routes de l’Hexagone. Ce qui ne plaît vraiment pas à plusieurs personnalités du cyclisme et à certains représentants de l’Etat, comme Thierry Braillard, secrétaire d’Etat au sports qui s’est scandalisé de sa présence :

Si j’étais à sa place, j’irais dans un autre pays pour passer mes vacances. Qu’il aille faire du cyclisme ailleurs.

Le directeur de l’équipe Europcar, Jean-René Bernaudeau, a été plus dur vis-à vis de l’américain :

C’est assez inexplicable. Maintenant, ça le regarde. Il a aussi fait des choses qui ne sont vraiment pas bien. Difficile de revenir sur les lieux du crime.

Avant d’affirmer que :

L’époque Armstrong est une époque que les gens veulent oublier.

Lance Armstrong fait décidément toujours autant parler de lui… Même quand ses intentions sont pour la bonne cause.

Publié le vendredi 17 juillet 2015 à 8:26, modifications vendredi 17 juillet 2015 à 8:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !