Sport

Basket : Un tweet sur Charlie Hebdo le fait virer du SPO Rouen

Une carrière de sportif professionnel ne tient qu’à un fil. La moindre blessure peut la faire vaciller, mais le comportement devient de plus en plus important pour perdurer. L’image que doit renvoyer le sportif pour le club qu’il représente se doit d’être exemplaire, et les clubs sont de plus en plus sévères à ce sujet. C’est le cas du SPO Rouen, le club normand de basket-ball.

Si en NBA, la ligue nord-américaine de basket-ball, le moindre écart de conduite est immédiatement condamné et sanctionné, l’effet est moins important en Europe. Pourtant, ça n’a pas empêché le SPO Rouen de licencier le pivot nigérian Akin Akingbala, qui a fauté à propos de la tuerie de Charlie Hebdo.

Les réseaux sociaux, ce poison pour ceux qui ne savent pas se mesurer dans leurs propos. Le basketteur Akin Akingbala est l’un d’eux, et l’a montré lorsqu’il a retweeté un message s’opposant à Charlie Hebdo au lendemain de l’attentat qui a fait 12 morts, provoquant une véritable union nationale en France.

Je ne suis pas Charlie. Je suis Ahmed, le policier mort. Charlie a ridiculisé ma foi et ma culture, et je suis mort en défendant son droit de le faire. #JeSuisAhmed

Un message qu’Akin Akingbala a semblé approuver via ce retweet, et qui n’a pas du tout plu aux dirigeants de Rouen. Ceux-ci affirment que le joueur avait déjà eu plusieurs avertissements concernant d’autres faits, et que cette erreur était celle de trop. Akin Akingbala a engagé un avocat pour défendre ses droits et récupérer ses salaires jusque la fin de la saison, soit un total avoisinant les 45 000 euros.

Ce message n’a rien d’infamant. Akin Akingbala est chrétien. Dans son esprit, cela n’avait rien à voir avec la religion. C’était une manière de dire qu’il fallait aussi parler des policiers et pas seulement de Charlie Hebdo.

A déclaré son avocat Me Romuald Palao, qui a porté l’affaire devant le conseil des prud’hommes de la ville de Rouen. Un licenciement qui pourrait coûter cher au SPO Rouen s’il doit reverser les salaires à son joueur, ne gagnant finalement rien et perdant tout à l’avoir viré de son effectif.

Publié le mercredi 25 février 2015 à 18:11, modifications mercredi 25 février 2015 à 18:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !