Monde

Pendant 11 ans, cette Britannique a caché qu’elle était aveugle, désormais elle se bat pour les handicapés

Longtemps Caroline Casey a caché au monde qu’elle était aveugle. Puis, elle a du l’accepter. Désormais, elle le revendique.

Caroline Casey est une activiste irlandaise d’un style très particulier. Pendant 11 ans, elle a dissimulé à tout le monde ou presque qu’elle était aveugle. Puis, un jour, elle a dû assumer. Reconnaître son handicap. C’est à ce moment-là qu’elle a décidé d’en faire une force.

Des mécanismes d’adaptation

Caroline Casey avait 17 ans lorsqu’elle a découvert qu’elle était légalement aveugle. Jusque-là, elle pensait juste avoir quelques problèmes de vue, une situation régulière dans la famille. Lors d’un rendez-vous chez l’opticien, elle accompagne sa sœur qui souffre d’albinisme oculaire. De son côté, elle est persuadée que quelques jours plus tard, elle prendra sa première classe de moto. Mais, le verdict du médecin est sans appel pour elle. Elle n’aura jamais le droit de conduire, qu’elle ne devrait même pas faire de vélo et devrait avoir le droit à du temps supplémentaire pendant les examens comme elle le raconte à nos confrères du Mirror.

Pour beaucoup de personnes, cela aurait signifié un changement radical. Mais, Caroline compte vivre comme ses parents l’ont imaginé. S’ils ne lui avaient jamais dit jusque-là, c’est parce qu’ils ne voulaient pas laisser sa vue définir a vie. Durant les années suivantes, elle commence donc à développer des “mécanismes d’adaptation” comme elle le dit elle-même. Elle se crée une personnalité de “blonde” prompte à faire des erreurs. Joue beaucoup sur l’humour pour distraire l’attention, mémorise toutes les distances, les itinéraires ou devient plus tactile.

11 ans de mensonges

Bien sûr, tout n’est pas parfait non plus. La jeune femme qui étudiait l’archéologie se rend vite compte que c’est devenu mission impossible pour elle. Elle multiplie alors les tentatives professionnelles : masseuse, paysagiste… A chaque fois, son objectif est de dissimuler son handicap. C’est finalement à l’âge de 28 ans que les choses prennent un tour différent pour elle.  A ce moment-là, elle décroche un nouvel emploi dans une entreprise de la City à London. Elle y survit les deux premières années mais sa vue continue de se dégrader.

Désespérée, elle finit donc par aller aux Ressources Humaines et raconter son histoire. On lui demande pourquoi elle a honte, tout en lui donnant le contact d’un spécialiste. C’est ce jour-là qu’elle décide d’assumer qu’elle est aveugle.

Ma confiance en moi était brisée. Mais, quand je me suis ouverte à mon handicap, à cette vulnérabilité, j’ai été submergée par le soutien de mes proches et de ma famille. C’est là que j’ai décidé de tout quitter et de défendre le droit des handicapés

détaille Caroline.

Désormais, elle marche avec une canne et pratique son jogging quotidien avec un guide voyant. Mais surtout, elle s’active pour les autres avec une organisation nommée “Valuable” qui vise à faire reconnaître aux très grandes entreprises l’importance et la valeur des personnels handicapés (aveugles et autres) dans leurs équipes. En France, selon la Fédération des Aveugles de France, ce sont  1,7 million de personnes sont atteintes d’un trouble de la vision. Parmi eux, on trouve 207 000 aveugles et 932 000 malvoyants moyens. 50% des personnes souffrant de déficience visuelle dans l’Hexagone seraient au chômage. 

Publié le jeudi 1 mars 2018 à 14:22, modifications samedi 17 mars 2018 à 10:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !