Positive

Italie : Deux jours de congés accordés à une employée pour soigner son chien

Une femme célibataire a dû s’absenter de son travail afin d’accompagner son chien, nécessitant des soins médicaux urgents, chez le vétérinaire. De retour à la maison, l’animal de compagnie devait être surveillé de près. Une association de protection des animaux lui a apporté un soutien juridique pour que ces jours d’absence soient considérés comme des congés payés pour “motif personnel grave ou familial”.

Un animal de compagnie n’est pas un humain et pourtant, pour son maître, sa santé reste une cause de préoccupation. D’ailleurs, employée dans une université de Rome, une femme célibataire qui avait dû quitter son poste afin d’amener son chien en urgence vitale chez le vétérinaire a souhaité obtenir deux jours de congés payés pour « motif personnel grave ou familial ». C’est dire si les animaux de compagnie peuvent représenter beaucoup pour certains propriétaires.

Un argument juridique de taille

Afin d’obtenir gain de cause auprès de la direction de l’université, l’Italienne a fait valoir que le code pénal de son pays prévoit jusqu’à un an de prison et 10 000 euros d’amende pour toute personne qui abandonnerait son animal ou le laisserait dans de « graves souffrances ». L’argument a fait mouche ! L’association de protection des animaux LAV lui a apporté son soutien juridique. Elle se félicite de cette avancée en la matière.

C’est un nouveau pas en avant significatif qui prend acte du fait que les animaux, qui n’ont pas de finalité lucrative ou productive, sont à tous les égards des composantes de la famille.

a expliqué Gianluca Felicetti, président de la LAV.

Cette décision pourrait faire jurisprudence et trouver un écho positif en France.

Publié le vendredi 13 octobre 2017 à 16:13, modifications vendredi 13 octobre 2017 à 10:52

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !