Positive

20 députés ont osé dire “non” au glyphosate

Alors que les défenseurs du glyphosate sont souvent évoqués, ses détracteurs restent dans l’ombre.

D’abord, rappelons ce qu’est le glyphosate. Il s’agit d’un des produits phares du géant agricole Monsanto, a été classé “cancérigène probable” par l’organisation mondiale de la santé en 2015, mais pas par deux agences européennes compétentes. Il est encore utilisé en France par les agriculteurs qui désherbent leurs terres entre deux cultures, à hauteur d’environ 7 000 tonnes par an.

Emmanuel Macron avait promis l’interdiction du glyphosate sur le territoire français d’ici à 2021. Cette décision aurait pu être gravée dans la loi par un amendement déposé par le député LREM Matthieu Orphelin. Mais celui-ci a été rejeté dans la nuit de lundi à mardi par l’Assemblée nationale.

En effet, dans la nuit du 28 mai 2018, 63 députés ont veillé jusqu’à 2 heures du matin pour rejeter l’amendement. Parmi eux, les chefs de file des députés LREM, Richard Ferrand, des députés MoDem, Marc Fesneau et des députés LR, Christian Jacob.

Richard Ferrand a justifié son vote et des 35 autres députés LREM en rappelant qu’il y avait déjà “un engagement politique clair, du président de la République, du gouvernement et de la majorité”. “A ce stade, soyons en confiance”, plaide le président du groupe LREM, pour qui “l’objectif est commun” avec Matthieu Orphelin, mais “la méthode diffère”.

Mettons clairement en garde l’ensemble des acteurs pour leur dire que leur mobilisation est indispensable, que nous comptons sur eux pour bâtir la bonne solution de sortie. A défaut, s’il y avait de la mauvaise volonté, oui, la loi viendrait tirer les conclusions d’un refus de prendre en compte l’exigence à laquelle nous sommes confrontés.

Depuis quelques jours, la liste des 63 députés ayant voté contre l’interdiction du glyphosate circule sur internet, suscitant la colère de millions de Français inquiets pour leurs terres et pour leur santé. Mais qui parle des 20 députés qui ont osé dire “non”?

Ils ont dit “non”

Au fait la solution est simple. Lors de cette séance, seuls 86 des 577 députés que compte l’Assemblée Nationale ont pris la peine de se déplacer. On a donc 491 absents, pour 1 non votant, 2 blancs, 63 contre et 20 pour.

Rendons honneur aux 20 députés qui ont considéré que le glyphosate devait être interdit.

Jennifer De Temmerman (LREM – En Marche !) Nord
Delphine Batho (Non inscrite) Deux-Sèvres
Nathalie Sarles (LREM – En Marche !) Loire
Fannette Charvier (LREM – En Marche !) Doubs
Sandrine Mörch (LREM – En Marche !) Haute-Garonne
Martine Wonner (LREM – En Marche !) Bas-Rhin
Sandrine Le Feur (LREM – En Marche !) Finistère
Guillaume Garot (NG-Parti Socialiste) Mayenne
Marion Lenne ((LREM – En Marche !) Haute-Savoie
Jean-Charles Larsonneur (LREM – En Marche !) Finistère
Richard Ramos (Modem) Loiret
Jean-Marc Zulesi ((LREM – En Marche !) Bouches-du-Rhône
Barbara Pompili (LREM – En Marche !) Somme
Christophe Arend (LREM – En Marche !) Moselle
Élisabeth Toutut-Picard (LREM – En Marche !) Haute-Garonne
Jean-Luc Fugit (LREM – En Marche !) Rhône
Matthieu Orphelin (LREM – En Marche !) Maine-et-Loire
Nicole Trisse (LREM – En Marche !) Moselle
Sereine Mauborgne (LREM – En Marche !) Var
Loïc Prud’homme (France Insoumise) Gironde

Encourageons nos élus à aller dans le sens des causes que nous voulons défendre, dans l’espoir que leur vote ait valeur d’exemple auprès de leurs collègues absentéistes.

Publié le vendredi 1 juin 2018 à 18:22, modifications vendredi 1 juin 2018 à 18:13

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !