Pollens de graminées : presque toute la France en « risque élevé » d'allergies

Par Ali Ch. Publié le 01/06/2024 à 09:00
Alerte Pollen

Les risques d'allergie aux pollens de graminées sont élevés pour le début de l’été météorologique (1er juin) presque à travers toute la France. Seuls quelques départements du nord du pays sont moins fortement touchés, selon la dernière mise à jour du réseau national de surveillance aérobiologie (RNSA).

Les yeux qui grattent, le nez qui coule, la gorge qui pique… Pour les prochains jours, préparez-vous à ressentir les effets des pollens de graminées qui sont bien présents dans l'air. Le réseau national de surveillance aérobiologie (RNSA) lance l'alerte rouge : « le risque d'allergie reste élevé sur presque tout le pays sauf dans quelques départements du nord où il est moyen » indique l’organisme français dans sa dernière mise à jour publiée mercredi 29 mai.

Ce risque d’allergie élevé pour les pollens de graminées le restera encore pendant plusieurs semaines avant de diminuer vers la fin du mois de juin, précise la Chaîne Météo sur son site. Seules les averses orageuses pourront apporter un répit temporaire aux allergiques en plaquant les pollens au sol. C’est d’ailleurs le cas avec les récentes pluies qui se sont abattues sur les départements du nord et du nord-ouest du pays.

Le retour du beau temps augmente les risques d’allergies aux pollens de graminées

Cependant, avec le retour du beau temps, les concentrations de pollens de graminées augmenteront rapidement, notamment dans le sud où la météo sera la plus clémente. En effet, la pluie favorise la pousse des mauvaises herbes et des herbes hautes qui produisent les graminées. Elles se multiplient sous l'effet de l'eau et quand les beaux jours reviennent, les plantes libèrent encore plus de pollen. Ce qui engendre un "risque élevé" d'allergies aux pollens de graminées.

« Les vents qui accompagnent l'orage projettent les pollens au sol et ces pollens éclatent comme la coquille de noix et libèrent des quantités plus importantes de protéines allergisantes. Donc, il est classique qu'après les périodes d'orage, on voit des aggravations d'asthme », explique à nos confrères d’Europe 1, l'allergologue Sophie Silcret Grieu. Ce phénomène porte un nom : l'asthme d'orage.

Ce qu’il faut savoir sur les pollens de graminées

Les graminées sont les herbacées que l’on voit pousser le long des routes, dans les champs et même parfois sur les ronds-points, selon la RNSA. Plusieurs graminées sont très allergisantes comme la fléole, le pâturin, l’ivraie, le dactyle, la fétuque, la flouve, le seigle, l’avoine, le blé… Les personnes allergiques doivent donc se préparer à des semaines à venir compliquées, avec des risques d’allergies très élevés en juin, si les conditions météorologiques le permettent.

Les pollens de chêne faiblement présents dans l’air, sont moins allergisants que ceux des graminées, avec un risque d’allergie faible. Ils sont accompagnés par les pollens de plantain, d’oseille et d’ortie (famille des Urticacées) avec aussi un risque d’allergie de niveau faible. Autour de la Méditerranée, les pollens de pariétaires (urticacées) et d’olivier continuent à se répandre, avec un risque d’allergie de niveau faible à élevé.

Journaliste francophone. Je couvre l’actualité au quotidien sur une multitude de sujets. Je m’attelle à rapporter l’information avec objectivité.