Ce pays ne mérite peut-être pas le titre de région la plus écologique du monde

Par Nassim Terki Publié le 05/06/2024 à 11:00
Göteborg

Les pays, européens principalement, mettent en œuvre des efforts colossaux pour être plus écologiques. L'un d'entre eux réclame le titre de "Pays le plus écologique" depuis longtemps, mais est-ce un titre mérité ?

Dans un paysage urbain écologique, le changement de politique récent suscite des débats sur les priorités environnementales, avec des répercussions sur la lutte contre le réchauffement climatique.

Göteborg réclame son dû 

Göteborg, la deuxième ville de Suède, est vantée comme l'une des plus écologiques au monde avec ses espaces verts abondants, ses tramways parcourant 160 km de lignes et ses bâtiments au design soigné. Cependant, un point noir persiste selon l'architecte en chef de la ville, Björn Siesjö, le nombre de voitures en circulation. En effet, environ 50 % des habitants utilisent une voiture pour se rendre au travail, un chiffre légèrement supérieur à celui de Paris.

Pour contrer cette tendance, la majorité de gauche au pouvoir a décidé de mettre en place un nouveau réseau de trains de banlieue, impliquant la construction d'un tunnel de six kilomètres. Malgré les avantages écologiques à long terme, les travaux ont rencontré une certaine opposition de la part des habitants, qui devront faire face à des perturbations jusqu'en 2032 au minimum.

Face à cette controverse, la question se pose, faut-il consacrer moins d'argent au changement climatique en Suède ? Si certains citoyens estiment que l'environnement devrait être une priorité absolue, d'autres expriment des doutes quant à l'efficacité des mesures prises.

Le virage écologique controversé de la Suède

Contre toute attente, le gouvernement suédois, sous la direction d'une coalition inédite alliant la droite et l'extrême droite, a choisi de délaisser l'écologie au profit de la sécurité et de la santé. Cette orientation s'est traduite par l'arrêt du projet de ligne TGV et la suppression des incitations au covoiturage et aux transports en commun. De plus, les subventions pour l'achat de voitures électriques ont été supprimées (environ 7000 euros par voiture), impactant directement les ventes dans le pays.

Le secteur automobile suédois a durement ressenti les effets de cette politique, avec une chute significative des ventes depuis la suppression du bonus climatique. Jimmie Sjöholm, vendeur chez Volvo, déplore cette situation en indiquant que « les ventes ont chuté de manière spectaculaire par rapport à la même période en 2022 ».

Malgré son bilan favorable en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, la Suède a connu une hausse de ces émissions pour la première fois depuis 2010 suite au changement de cap politique actuel.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.