Quelles sont les ambitions de la Nasa pour améliorer les prévisions du réchauffement climatique ?

Par Ali Ch. Publié le 30/05/2024 à 09:02
Nasa Envoie Un Satellite Pour Améliorer Les Prévisions Du Changement Climatique
Nasa Envoie Un Satellite Pour Améliorer Les Prévisions Du Changement Climatique

Un minuscule satellite de la NASA a été lancé samedi 25 mai 2024 depuis la Nouvelle-Zélande avec pour mission d'améliorer la prévision du changement climatique. Ce satellite, de la taille d'une boîte à chaussures, permettra de mesurer pour la première fois en détails la déperdition de chaleur dans l'espace via les pôles terrestres.

C’est une révolution qui s’annonce dans le domaine des prévisions liées au changement climatique. Le premier satellite conçu pour la Nasa afin d’étudier les émissions de chaleur aux pôles terrestres est en orbite. Le satellite, de la taille d'une boîte à chaussures, ou CubeSat, a été lancé, samedi 25 mai, par une fusée Electron de l'entreprise Rocket Lab au départ de Mahia, dans le nord de la Nouvelle-Zélande. Un satellite similaire sera lancé par la même entreprise par la suite.

Cette mission de la Nasa, nommée PREFIRE (Polar Radiant Energy in the Far-InfraRed Experiment) doit notamment permettre d'améliorer les prévisions des scientifiques liées au changement climatique. Les deux satellites de la mission PREFIRE, mesureront la quantité de chaleur que la Terre rayonne dans l'espace depuis deux des régions les plus froides et les plus reculées de la planète.

Une nouvelle mission de la Nasa pour observer la chaleur s'échapper des pôles

Les données de la mission PREFIRE aideront les chercheurs à mieux prédire l'évolution de la glace, des mers et des conditions météorologiques sur Terre dans un monde qui se réchauffe. « Cette nouvelle information, que nous n'avons jamais eue par le passé, va nous aider à modéliser ce qu'il se passe aux pôles, et pour le climat », a déclaré Karen St. Germain, directrice des recherches scientifiques portant sur la Terre à la Nasa.

Les deux satellites serviront à effectuer des mesures dans l'infrarouge lointain au-dessus de l'Arctique et de l'Antarctique, afin de quantifier pour la première fois directement la chaleur relâchée dans l'espace. Ce phénomène de déperdition est « crucial, car il aide à équilibrer l'excédent de chaleur reçue des régions tropicales et à réguler la température terrestre », a expliqué Tristan L'Ecuyer, responsable scientifique de la mission à l'Université du Wisconsin à Madison.

Grâce à la mission PREFIRE, la Nasa souhaite comprendre comment les nuages, l'humidité ou encore la transformation d'une surface gelée en liquide influent sur cette déperdition de chaleur. « Jusqu'ici, les modèles utilisés par les scientifiques pour anticiper le réchauffement climatique ne se fondent, concernant ce paramètre, que sur des théories et non des observations réelles » a ajouté Tristan L'Ecuyer. « Nous espérons pouvoir améliorer notre capacité à simuler l'élévation du niveau de la mer à l'avenir, ainsi que la manière dont le changement climatique aux pôles affectera les systèmes météorologiques de la planète », a-t-il ajouté.

Journaliste francophone. Je couvre l’actualité au quotidien sur une multitude de sujets. Je m’attelle à rapporter l’information avec objectivité.