Manque d'eau, sécheresse, comment les pays méditerranéens vivront les prochaines années ?

Par Ali Ch. Publié le 21/05/2024 à 11:07
Sécheresse Pays Méditerranéen

La majorité des pays méditerranéens sont confrontés ces deux dernières années à un manque d’eau en raison de la sécheresse y sévissant. Le manque d’eau oblige déjà à des rationnements et affecte l’agriculture et le tourisme. Une situation inquiétante selon les spécialistes qui redoutent des scénarios catastrophes pour les prochaines années.  

Le pourtour méditerranéen est l’une des régions qui se réchauffe le plus vite au monde, subissant une sécheresse critique, préviennent les scientifiques. L’Afrique du Nord, l’Espagne, le sud de la France, la majorité de l’Italie, Malte, Chypre, une partie de la Roumanie, de la Grèce ou de la Turquie, sont la proie à des aridités graves et prolongées provoquant ainsi des pénuries d'eau et entravant la croissance de la végétation.

De la Sicile à la Tunisie, en passant par l’Espagne et le Sud de la France jusqu’à la Turquie, le manque d’eau devient une triste habitude. Les pays de la Méditerranée subissent des « conditions critiques » de sécheresse, ont alerté en février dernier les scientifiques du Centre commun de recherche de la Commission européenne (JRC). De la Sardaigne au Portugal, en passant par le sud de la France et l’Espagne, ces régions manquent cruellement d’eau. Le Maghreb est même considéré en « extrême gravité » selon ce rapport, cité par le site Reporterre.

Des records de sécheresse frappent les pays de la Méditerranée

Dans le sud de la France, il a été enregistré 22 mois déficitaires en précipitations depuis début 2022. « Les Pyrénées-Orientales connaissent une sécheresse historique en durée et en intensité, la plus sévère depuis nos premiers enregistrements qui datent de 1959 » affirmait au journal Le Monde, Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France. « L’hiver 2023-2024 a été encore plus sec que le précédent et enregistre 55 % de déficit » ajoute-t-il.

Cette sécheresse qui frappe les pays du bassin méditerranéen, n’est malheureusement pas un épisode exceptionnel. Il s’agit bel et bien d’un phénomène qui va durer dans le temps avec des conséquences néfastes sur la population et l’agriculture de la région. Cette sécheresse prolongée en Méditerranée est due à une combinaison de températures élevées et de manque de précipitations. « La planète se réchauffe, et la Méditerranée un peu plus vite » résumait, en mai 2023 à Reporterre, l’hydroclimatologue Yves Tramblay, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement.

Dans l’extrême sud de la France, comme dans tout l’ouest du bassin méditerranéen, la sécheresse s’est désormais installée. Devant cette situation, les paroissiens de Perpignan ont décidé de s’en remettre à sant Galdric, saint patron des Catalans, afin de faire tomber la pluie sur les Pyrénées-Orientales. Le dimanche 10 mars, pour la deuxième année consécutive, ils ont organisé une procession dans les rues de la ville, rapporte Le Monde. En Espagne, des écoliers de la région de l’Andalousie, sont allés en décembre 2023 jusqu’à écrire aux rois mages pour réclamer de l’eau.

Ce que suggèrent les experts pour atténuer les effets de la sécheresse

En Italie, la sécheresse qui frappe la Sicile, la plus grande île de la mer Méditerranée, a poussé le gouvernement à décréter l’état d’urgence dans la région le 7 mai, pour une durée d’un an. Des restrictions d’eau ont été établies pour un million d’habitants, sur les 5 millions que compte l’île. Entre septembre 2023 et avril 2024, la Sicile n’a reçu que 191,2 mm d’eau de pluie, soit l’une des pires séries de précipitations enregistrées depuis le début des relevés en 1916.

Au Maroc, la situation est encore pire. Ce pays très peuplé de l’Afrique du Nord affronte la sixième année sans précipitations ou presque. En 2023, le niveau de remplissage moyen des barrages y atteint difficilement 23 %. La Tunisie, n’est pas mieux lotie. Cela fait en effet cinq années que la région de Sousse, sur la côte sud de la Méditerranée, subit la sécheresse. Les taux de remplissage des barrages de la région voisine de Kairouan, ne sont plus suffisants pour répondre aux besoins de la population de Sousse. « Tout ce qu’on demande, c’est que Dieu fasse revenir la pluie », implore un agriculteur.

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), « les vagues de chaleur et les sécheresses deviendront plus fréquentes et plus graves au cours des prochaines décennies » en cas d’émissions de gaz à effet de serre modérées. Les pays du pourtour méditerranéen « devront investir massivement dans des systèmes d'alerte rapide à la sécheresse, dans des technologies existantes et nouvelles ou encore dans la transition vers des cultures plus résistantes à la sécheresse pour renforcer leur résilience au changement climatique » soulignent les rédacteurs du rapport.

Journaliste francophone. Je couvre l’actualité au quotidien sur une multitude de sujets. Je m’attelle à rapporter l’information avec objectivité.