JO de Paris 2024 : le gouvernement annonce un plan de lutte contre la prostitution

Par Ali Ch. Publié le 03/05/2024 à 19:18
Paris 2024

Avec l’arrivée massive des touristes pendant les JO de Paris 2024, les autorités s’inquiètent de la recrudescence de la prostitution
À cet effet, le gouvernement veut anticiper en annonçant un plan de lutte contre la prostitution dans toute la France

Comment anticiper la recrudescence de la prostitution en France à quelques semaines du coup d’envoi des Jeux Olympiques Paris 2024 ? C’est la question qui revient chez les organisateurs de cet événement sportif planétaire d’autant plus que des millions de touristes sont attendues en France pendant les deux semaines des JO.  

La France qui s’apprête à accueillir les Jeux Olympiques Paris 2024 du 26 juillet au 11 août 2024, veut faire de cet événement une vitrine du pays aux yeux du monde entier. C’est dans cette optique que le gouvernement a décidé d’intensifier la lutte contre les phénomènes pouvant entacher cet événement sportif et donner ainsi une meilleure image de la France.

Parmi les phénomènes redoutés, figure celui de la prostitution qui risque de connaitre un boom pendant les JO de Paris. En effet, avec l’arrivée de près de 15 millions de touristes pendant la quinzaine des JO, les autorités s’inquiètent d’une recrudescence de la prostitution à travers toute la France.

Prostitution : le gouvernement dévoile son plan de lutte

Afin d’anticiper la question, la ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Aurore Bergé, a présenté jeudi 2 mai la stratégie nationale de lutte contre la prostitution du gouvernement. Une stratégie qui renforce les dispositifs existants et qui intègre la question du numérique et des mineurs. Il y a « la nécessité de renforcer et d’harmoniser l’application de la loi sur tout le territoire et de mieux prendre en compte les nouvelles formes de prostitution », a déclaré la ministre lors de la présentation de ce plan à Paris.

Environ 40.000 personnes se prostitueraient en France selon l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH). « Je pense notamment à l’essor des réseaux sociaux et des plateformes en ligne de réservation de logements », a-t-elle ajouté. Quant à l’exploitation sexuelle des mineurs, « particulièrement vulnérables dans ce contexte », elle « nécessite le renforcement de mesures spécifiques et ciblées ».

Ce plan arrive huit ans après l’adoption de la loi de 2016 qui a notamment abrogé le délit de racolage et l’a remplacé par la pénalisation des clients. Ceux-ci sont désormais passibles d’une amende de 1 500 euros – 3 750 euros en cas de récidive. Mais de nombreux acteurs pointent un accompagnement insuffisant des personnes souhaitant sortir de la prostitution et des disparités régionales en termes de condamnations des clients.

Pour tenter de pallier ces insuffisances, la stratégie de lutte contre la prostitution prévoit, parmi ses 25 mesures, une implication accrue des commissions départementales dédiées ou encore un renforcement des actions prises contre les « prétendus salons de massage abritant la prostitution ». Sur la question des mineurs prostitués, dont le nombre a atteint 30 % des personnes prostituées en France, un réseau national de lieux d’accueil dédiés va être mis en place afin d’améliorer leur prise en charge.

Campagne de sensibilisation pendant les JO de Paris 2024

Le plan, selon la ministre, prévoit également « une formation systématique des forces de l’ordre sur le repérage, l’identification, l’interpellation, mais aussi une meilleure prise en charge des femmes qui ont subi la prostitution et qui doivent être considérées comme des victimes de violences ».  Pour ce qui est de la prostitution en ligne, une cellule de cyberenquête va être chargée de détecter « des situations d’exploitation sexuelle, de supprimer des comptes mais aussi de démanteler des réseaux et recueillir les preuves pour condamner les proxénètes » ajoute la ministre.

Une campagne de sensibilisation sera par ailleurs lancée dans le cadre des Jeux olympiques et paralympiques de Paris, au cours desquels les autorités ont d’ores et déjà indiqué s’attendre à un afflux de clients de prostituées.  Les JO de Paris 2024 seront l’occasion de « communiquer auprès du public pour rappeler les valeurs de la France et les risques encourus en cas de recours à la prostitution », a indiqué Aurore Bergé dans un entretien à La Croix publié jeudi.

Journaliste francophone. Je couvre l’actualité au quotidien sur une multitude de sujets. Je m’attelle à rapporter l’information avec objectivité.

Aucun commentaire à «JO de Paris 2024 : le gouvernement annonce un plan de lutte contre la prostitution»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis