Vers l'instauration d'un « devoir de visite » des pères

Par Ali Ch. Publié le 08/05/2024 à 17:29
Famille Monoparentale

En France, un « devoir de visite » pourrait être imposé aux pères dans les familles monoparentales
C’est ce que suggère le président Emmanuel Macron dans une interview accordée au magazine Elle
Cette proposition intervient dans un contexte de faits divers violents impliquant des mineurs

Alors que l’immense majorité des familles monoparentales sont à la charge des femmes, le chef de l’État entend ouvrir un débat sur l’égalité entre les femmes et les hommes. Il suggère un « devoir de visite » pour les pères « démissionnaires »  afin de les forcer à s’occuper de leurs enfants lorsque les deux parents sont séparés.  

Dans un entretien accordé mardi 7 mai au magazine Elle, le président de la République estime que les deux parents doivent « exercer leurs responsabilités » à l'égard de leurs enfants. Emmanuel Macron évoque, dans une courte vidéo partagée par le magazine sur X (ancien Twitter), les familles monoparentales, très largement à la charge des femmes, expliquant que « c’est un devoir d’être parent, et que c’est un devoir qui ne s’arrête pas au moment du divorce ou de la séparation ».

Familles monoparentales : Emmanuel Macron veut instaurer un « devoir de visite » des pères

Emmanuel Macron, avance également l'idée d'un « devoir de visite » à la place d'un « droit de visite » pour les pères. « Je veux qu’on puisse ouvrir ce débat, qui est au fond à la fois un débat sur la parentalité et un débat sur l’égalité entre les femmes et les hommes, qui est celui d’instaurer un devoir de visite, un devoir d’accompagnement jusqu’à l’âge adulte, des enfants », affirme le président à l’hebdomadaire féminin qui sort dans les kiosques ce mercredi 8 mai.

« Quand il y a un père, il faut qu’il exerce tous ses devoirs et que la maman, quand elle est dans cette situation-là, puisse exiger des visites régulières », poursuit le chef de l’État, soulignant que 85 % des familles monoparentales - soit 1,7 million - sont élevées par des femmes. Et de prendre pour exemple la nécessité que les pères participent aux réunions parents-profs et soit « partie prenante » de l’éducation de l’enfant.

« Cela déculpabilise les mères et ça remet les pendules à l'heure »

Tout en expliquant avoir - avec son gouvernement - essayé « d'améliorer les choses, les pensions alimentaires, le rôle de la Caisse d'allocation familiale (CAF), le fait que ce soit automatique, qu'on puisse aller prélever sur les revenus du père », Emmanuel Macron reconnaît toutefois que la situation « reste très difficile pour les familles monoparentales ».

Les propos du chef de l’État ont fait réagir de nombreuses associations. « Apporter la problématique du père, ça déculpabilise les mères et ça remet les pendules à l'heure », a salué, mardi 7 mai auprès de franceinfo, Patricia Augustin, secrétaire générale de la Fédération syndicale des familles monoparentales (FSFM). « Lors des émeutes, on a quand même entendu que c'était la faute des mères qui laissaient leurs enfants de 10 ans dehors alors que nous, on dit que les familles monoparentales surinvestissent auprès de leurs enfants » ajoute-t-elle.

Journaliste francophone. Je couvre l’actualité au quotidien sur une multitude de sujets. Je m’attelle à rapporter l’information avec objectivité.

Aucun commentaire à «Vers l'instauration d'un « devoir de visite » des pères»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis