Grâce à un implant cérébral, il arrive à parler en deux langues 

Par Nassim Terki Publié le 28/05/2024 à 09:00
Implant Cérébral
Implant Cérébral

 Une révélation scientifique qui bouleverse notre compréhension de la communication cérébrale et ouvre de nouvelles voies pour l'avenir médical vient de voir le jour. Les questions fusent et l'espoir né.

Une découverte innovante sur le langage et le cerveau vient de voir le jour, celle-ci se présente telle une avancée scientifique qui ouvre des portes insoupçonnées dans le domaine de la neuroprothèse.

Quand la science redonne la voix ou l'incroyable avancée de l'interface cerveau-ordinateur

Une équipe de neurochirurgiens et d'experts en intelligence artificielle de l'Université de Californie a réalisé une avancée médicale majeure, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature Biomedical Engineering le 20 mai dernier. Cette étude a permis à Pancho, un patient ayant subi un AVC, de retrouver la capacité de communiquer verbalement.

Le neurochirurgien Edward Chang et son équipe ont implanté une interface cerveau-ordinateur contenant 128 électrodes dans la zone du cortex responsable du traitement du langage de Pancho. Les données collectées ont été utilisées pour développer un système d'intelligence artificielle capable de traduire les pensées du patient en mots affichés à l'écran, lui permettant ainsi de communiquer en temps réel.

Le processus d'apprentissage automatique a été crucial pour former le système d'IA. Pancho a intégré 50 mots en espagnol, 51 mots en anglais et 3 mots communs aux deux langues. Le vocabulaire de l'interface a ensuite été enrichi progressivement.

Le système d'IA a utilisé le schéma neuronal de Pancho pour déchiffrer les mots qu'il souhaitait prononcer. En analysant les probabilités de correspondance, les chercheurs ont réussi à construire des phrases cohérentes avec une grande précision. Par exemple, le module anglais choisirait le mot « she » avec une probabilité de correspondance de 70 %, tandis que le module espagnol opterait pour le mot « estar » avec une probabilité de 40 %.

Grâce à cette innovation dans le domaine des neuroprothèses, Pancho a pu mener des conversations claires avec l'équipe de recherche, suscitant émotions et espoir.

Le cerveau dévoile ses secrets linguistiques

Contrairement aux conclusions antérieures, les tests réalisés sur le patient Pancho ont montré une activité neuronale similaire lorsqu'il s'exprimait en espagnol ou en anglais, quelle que soit la langue utilisée.

Les chercheurs ont également observé que les réponses neurologiques de Pancho étaient comparables à celles des enfants bilingues, malgré son apprentissage de l'anglais à l'âge adulte. Cette découverte suggère que les différentes langues pourraient partager des caractéristiques neurologiques communes.

Alors que cette étude ne concerne qu'un seul participant, les chercheurs restent optimistes quant à l'avenir de cette technologie. Ils prévoient des expériences futures avec un échantillon plus large de participants et souhaitent explorer des langues aux structures articulatoires variées, telles que le mandarin ou le japonais. L'objectif final est de permettre aux individus de communiquer de manière naturelle et fluide, en intégrant des concepts comme le « code switching » dans le processus.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.