Environnement

Que prévoit finalement le règlement européen sur l’agriculture biologique ?

Le 29 juin était une date très attendue pour tous les adeptes du bio. En effet, la réglementation faisait l’objet d’une révision… Et nombreux étaient ceux à être très inquiets. Alors que s’est-il réellement passé ? Le bio est-il menacé ? On vous dit tout…

Un engouement important pour le bio

Depuis plusieurs années maintenant, le bio a le vent en poupe. Notamment en France. En effet, le secteur connaît une incroyable croissance, et les explications sont assez faciles à comprendre : les consommateurs ont envie de manger des produits sains et bons pour la santé. Les pesticides notamment sont un sujet polémique, qui fait peur. Alors, manger bio c’est avoir la certitude de manger des produits de qualité. Car le label bio… et bien on lui fait confiance !

Et pourtant, ces dernières semaines, ceux qui consomment bio ainsi que ceux qui produisent le bio, se font beaucoup de souci. En effet, l’Union Européenne a envisagé de modifier les règles, afin notamment de les assouplir. Mais un assouplissement n’est-il pas également synonyme d’une baisse de qualité des produits bio ? C’est une question essentielle à laquelle les adeptes du bio en France sont très attentifs…

De nombreuses inquiétudes

Depuis plusieurs semaines, les professionnels du bio se font beaucoup de souci. En effet, la réglementation relative au bio faisait l’objet d’une révision ce 29 juin. On parlait notamment de modifications des cultures hors-sol, de réduction du nombre de contrôles dans les exploitations, et surtout d’une autorisation d’utilisation de pesticides dans le bio.

Toutes ces nouvelles réglementations menacent clairement le bio. D’autant plus qu’actuellement, la réglementation est très très stricte. Et justement, pour permettre à davantage de professionnels de se lancer dans le bio, la Commission Européenne envisageait des règles un peu plus souples. L’idée étant d’étendre la culture et la production bio en Europe.

Malheureusement, cet assouplissement aurait certes permis aux grandes exploitations agricoles de tendre plus facilement vers une production bio, mais elle aurait aussi condamné le bio. Car qui dit bio dit justement produits sains et contrôlés !

Il faut en effet savoir que la certification d’un produit par le label bio est une garantie pour le consommateur. D’ailleurs, nombreux sont les consommateurs de bio à affirmer consommer bio à cause de ce label. Pour eux, c’est une confiance absolue dans ces produits qui sont garantis plus sains et donc meilleurs pour la santé.

Remettre en cause les règles, et assouplir ces dernières, aurait pu remettre en cause la confiance des consommateurs envers les produits bio. Ces derniers étant de plus en plus vigilants envers leur nourriture. Alors qu’en est-il finalement ?

Plus de peur que de mal

Ce projet avait été présenté par la commission européenne en 2014, mais de nombreuses propositions avaient été remises en cause. Les négociations concernant l’assouplissement de la réglementation du bio en Europe auront duré près de vingt mois. Et c’est ce 29 juin 2017 que les grands axes ont enfin été dévoilés, mettant fin au suspense insoutenable pour les producteurs bio. Ainsi, on constate que le règlement a été révisé, mais finalement très peu. Cette nouvelle réglementation devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2020. Faisons un point !

Les pesticides dans les produits bio

Il était donc question d’augmenter les seuils d’acceptabilité des pesticides dans les produits bio. Mais finalement, ce n’est pas le cas. Les choses ne changent pas à ce niveau-là, et c’est une très bonne nouvelle. C’était l’un des points les plus attendus par les professionnels du bio qui craignaient une baisse de qualité des produits.

L’accord final présenté le 29 juin, ne prévoit donc pas de seuil pour les substances non autorisées. Il prévoit simplement des mesures de précaution. Ainsi par exemple, si un agriculteur soupçonne la présence d’un pesticide ou d’un engrais illégal, une enquête devra être menée avant que le label européen de l’agriculture biologique ne puisse être affiché.

Donc finalement, niveau pesticide, les inquiétudes ne sont plus justifiées, et c’est une bonne nouvelle !

Les contrôles des exploitations agricoles bio

Les professionnels du bio sont extrêmement contrôlés. Il y a chaque année une visite surprise, et une visite programmée, l’idée étant de vérifier que la réglementation est parfaitement respectée. Or, il était question de tout modifier. Finalement, à la demande du Parlement, les contrôles des produits bio seront réalisés au moins une fois par an. Ce qui change en revanche, c’est que si aucune fraude n’a été constatée dans les trois ans, alors les contrôles pourront être espacés de deux ans. Ce n’est donc pas aussi catastrophique qu’on nous l’avait annoncé. C’est un moindre mal alors que la Commission souhaitait revenir sur les contrôles annuels.

La culture hors-sol et les productions hydroponiques

La culture hors-sol et les productions hydroponiques faisaient polémiques au sein de la Commission européenne. Cette dernière semblait vouloir l’autoriser dans le bio, mais les agriculteurs bio, notamment français, s’y opposaient fermement. Il a fallu trouver un compromis.

Ainsi, les productions hydroponiques seront interdites dans tous les pays, sauf celles certifiées avant le 28 juin 2017 dans les pays comme le Danemark, la Finlande et la Suède. En outre, l’extension de ces surfaces ne sera pas autorisée et la dérogation prendra fin en 2030.

Les importations de produits bio

Enfin, et c’est plutôt une bonne nouvelle : les produits bio qui proviennent du monde hors Union Européenne, seront davantage contrôlés. Ils devront respecter le règlement bio européen pour être mis sur le marché.

Il faut en effet savoir que jusqu’à maintenant, l’Union Européenne établissait des règles d’équivalence avec les pays tiers. Mais, à partir de 2025, les 64 pays concernés par ces règles d’équivalence devront respecter le règlement bio européen pour pouvoir vendre leurs produits sur le marché communautaire. Ce qui est une belle garantie pour le consommateur !

Encore quelques étapes à franchir

Cependant, la prudence est encore de mise. En effet, avant son entrée en vigueur, prévue le 1er juillet 2020, ce texte doit encore officiellement être entériné par la commission Agriculture et la session plénière du Parlement européen, ainsi que par le Conseil. Il ne faut donc pas crier victoire trop vite, et attendre que la nouvelle réglementation soit définitivement acceptée.

Cela dit, c’est une belle avancée pour ceux qui défendent le bio. Et surtout un énorme soulagement pour les professionnels du bio et les consommateurs, qui étaient très inquiets concernant l’avenir de cette filière qui connaît, depuis quelques années, un succès sans précédent. Notamment en France…

A suivre !

Publié le mercredi 5 juillet 2017 à 13:03, modifications mercredi 5 juillet 2017 à 10:52

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !