Environnement

Les animaux deviennent de plus en plus noctambules pour éviter la présence humaine

Notre présence sur Terre fait fuir les animaux, qui sont contraints de vivre de plus en plus la nuit. C’est le triste constat de cette étude menée par des scientifiques américains.

Une équipe de scientifiques issus de l’université de Berkeley en Californie a compilé les résultats de 76 études menées sur une période de près de 25 ans, à propos d’une soixantaine d’espèces d’animaux situés sur les cinq continents. Leur constat est sans appel : les animaux vivent de plus en plus la nuit pour éviter les hommes.

Une adaptation à l’environnement

Alors que notre présence sur terre devient de plus en plus globale et incontournable, les animaux ont dû s’adapter à notre rythme de vie. En effet, des chercheurs de l’université de Berkeley ont publié une synthèse d’études dans la revue scientifique américaine Science ce vendredi 15 juin.

D’après eux, 80 % des études menées sur le comportement des animaux ont permis de montrer que le développement de la vie nocturne est devenu un phénomène incontournable pour les espèces d’animaux en contact avec des humains. 

Et les exemples abondent. Ainsi, le coyote des montagnes californiennes, qui est à l’origine un animal diurne, ne sort désormais pratiquement plus que la nuit. A des milliers de kilomètres de là, en Pologne, certains sangliers vivant à proximité des villes sortent désormais 90% du temps la nuit. Enfin, en Alaska, la vie nocturne des ours bruns représente désormais les 3/4 de leur temps d’éveil.

Un phénomène qui touche tous les animaux

Il s’agit d’un phénomène global qui touche toutes les espèces d’animaux à travers la planète. En effet, un animal comme l’ours malais peut présenter des différences de comportement importantes selon que son habitat se situe à proximité des humains. En effet, si c’est le cas, il vivra à 90 % la nuit, tandis que les spécimens éloignés de la présence des hommes sortent la nuit dans seulement 19 % des cas.

Au Gabon, les chercheurs ont fait le même constat avec le léopard, qui ne vivent plus qu’exclusivement la nuit dans les zones où le braconnage a lieu. Au Kenya également, les éléphants ont tendance à se cacher le jour dans les zones périurbaines pour sortir se nourrir la nuit, malgré leur faible acuité visuelle une fois le soleil couché.

Mais ces espèces de grande taille ne sont pas les seuls a été touchées par ce phénomène. De petits animaux, parmi lesquels on compte également des insectes, ont également tendance à devenir plus noctambules. Pour certaines d’entre elles, c’est une mauvaise nouvelle car elles ne sont pas adaptés à la vie nocturne.

Publié le mardi 19 juin 2018 à 7:33, modifications lundi 18 juin 2018 à 16:50

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !