Environnement

L´éruption volcanique : source de vie ?

Des scientifiques ont découvert une nouvelle forme de vie après une éruption volcanique aux Canaries

C´est assez extraordinaire, en effet des scientifiques ont découvert de nouvelles bactéries vivantes suite à l´éruption du volcan sous-marin Tagoro, situé sur l’île d’El Hierro (archipel des Canaries).
Cette découverte est d´autant plus incroyable car jusqu’à présent, les éruptions volcaniques étaient considérés destructives de toutes formes de vie dû a leurs gaz toxiques, leurs températures élevées, l’acidité et la perte d’oxygène qu’elles dégagent.

Encore une fois, les découvertes scientifiques peuvent changer toutes les idées reçues que nous avons sur le début de la vie sur terre. En effet, suite à l’éruption du volcan sous-marin Tagoro, situé sur l’île d’El Hierro (archipel des Canaries), ils ont eu la surprise de découvrir une toute nouvelle bactérie jusqu’ici inconnu.

Ce volcan est rentré en éruption d’octobre 2011 à mars 2012. Ceci a constitué un édifice volcanique sous-marin de près de 275 m de haut. Son sommet quant à lui est situé à 89 mètres sous la surface de l’eau.

L’éruption volcanique, un milieu propice au développement d’activité bactérienne ?

En effet, 3 ans après le drame de l’éruption du volcan et grâce à l’aide d’un robot sous marin, les chercheurs ont pu analyser la vie marine a environ 130 mètres de profondeurs. Malgré la destruction de toute forme de vie sur 9 km2 suite à cette éruption, les scientifiques ont trouvés des traces de nouvelles bactéries vivantes appelés “cheveux de venus”  .

Ce sont des filaments d’environ 3 centimètres de long pour 36 à 90 micromètres de large. Ceux-ci se nourrissent du carbone organique et inorganique libéré par le dégazage volcanique ainsi que des composés soufrés et azotés. Ils sont d’ordinaire un véritable poison pour la vie.

Des bactéries très utiles !

Même si elles restent encore mystérieuses, ces nouvelles bactéries sont une très bonne nouvelle. Ainsi, elles ont la capacité d’entraîner le redémarrage des systèmes biologiques après les éruptions volcaniques sous-marines. C’est d’ailleurs ce qu’indique l’étude publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution.

C’est ce que témoigne le développement d’un réseau alimentaire spécialisé et très diversifié sur les bactéries chevelues, favorable à la présence de vers et crustacés.

Un remise en question du début de l’existence de la vie sur terre ?

La vie viendrait-elle finalement du profond de la terre ? En effet, des géologues ont découvert l’une des plus anciennes traces de vie sur Terre. Elle se situe dans l’environnement de geysers chauds datant d’environ 3,5 milliards d’années.

Jusqu’à présent on savait que la vie sur Terre est apparue il y a environ 3,48 milliards d’années. Selon des fouilles effectuées dans l’ouest de l’Australie (région volcanique de Pilbara).

A cette époque la majorité des volcans et des sources hydrothermales de cette région étaient sous l’eau et une partie en surface. Cependant, une équipe de chercheurs menée par Tara Djokic, de l’université de Nouvelle-Galles du Sud, a trouvé des traces microbiennes dans les sédiments des geysers et des sources chaudes qui n’étaient pas sous l’eau.

D’après les géologues, ces sédiments ressemblent à ceux qui se constituent par exemple dans les geysers et les sources chaudes du parc national de Yellowstones, aux États-Unis.

Ainsi, peut-être que les activités volcaniques seraient à l’origine de la vie sur terre comme sur d’autres planètes. Mars, a en effet connu des conditions similaires.

Notre planète reste pleine de surprise et l’homme a une quête sans limite pour découvrir tous ces mystères…

 

 

 

 

Publié le vendredi 19 mai 2017 à 13:46, modifications vendredi 19 mai 2017 à 17:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !