Environnement

L’association L214 porte plainte contre des élevages de lapins exploités pour leur fourrure

Une nouvelle fois, l’association L214 est sortie du silence pour dénoncer les conditions indignes de vie des lapins qui sont exploités pour leur fourrure. Les détails sont tout simplement abominables…

L’association L214 milite pour le bien-être animal, et vient tout juste de porter plainte. En effet, les bénévoles dénoncent les pratiques d’élevage de lapins, dont la fourrure est destinée au marché du luxe. C’est dans une vidéo, mise en ligne ce 18 décembre, que l’on découvre les conditions de vie de ces lapins. Ces derniers présentent des blessures, des maladies, et surtout, ne voient pas la lumière du jour.

Des images terribles

Les animaux souffrent terriblement, notamment de troubles de l’oreille interne. Ce qui les oblige à rester la tête tordue, en direction du sol. Il faut savoir que ces lapins sont exploités pour leur fourrure particulièrement douce, qui est utilisée par les grandes marques de luxe telles que Fendi ou encore Dior. Ces grandes entreprises confectionnent des manteaux, des écharpes et même des peluches…

Ce ne sont pas tout à fait des lapins comme les autres. En effet, ils sont issus de la souche Orkla. Cette dernière est obtenue par une sélection génétique opérée par l’INRA, à savoir l’Institut Nationale de la Recherche Agronomique. Du coup, bien évidemment, l’INRA est directement pointée du doigt par l’association L214.

Derrière l’image du luxe se cachent des élevages industriels dans lesquels les lapins ne peuvent pas exprimer leurs comportements naturels ni connaître l’herbe ou les rayons de soleil. Cela va à l’encontre du discours de la filière, qui présente cette race comme éthique.

Une demande claire

Les porte-paroles de l’association demandent à ce que l’INRA cesse d’utiliser les fonds publics pour entretenir et développer cette filière privée sans intérêt. Les images, tournées très récemment dans deux élevages (Deux-Sèvres et Charente-Maritime) en France, prouvent que les lapins ont une vie terrible.

L’éleveur des Deux-Sèvres, Jean Boutteaux, avoue être surpris par cette enquête menée chez lui par l’association L214. Selon lui, les images ne reflètent pas les soins apportés aux animaux. Il affirme ne pas rechercher la productivité et prendre soin de ses lapins.

L’association L214 a décidé de porter plainte auprès des procureurs de Niort et La Rochelle contre les élevages cités et l’INRA. Elle prévoit également d’introduire un recours en responsabilité contre l’État pour “manquement à sa mission de contrôle de l’application de la réglementation”. Une inspection interne va être menée par l’INRA qui tient à démêler le vrai du faux dans cette histoire. L’INRA a d’ailleurs affirmé qu’il ne manquerait pas de prendre des mesures correctives si nécessaire.

A suivre…

Publié le mercredi 20 décembre 2017 à 12:42, modifications mercredi 20 décembre 2017 à 11:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !