Environnement

La France fait partie des 10 pays dont la biodiversité est la plus en danger

Si nous ne réagissons pas d’ici 4 ans, notre biodiversité est amenée à s’éteindre beaucoup plus rapidement que nous le pensions.

Avec ses territoire d’outre-mer, la France fait partie des pays dont la faune et la flore sont les plus riches au monde. Mais ce privilège implique également de grandes responsabilité, puisque notre pays est également l’un des plus exposés aux risques d’extinction. 

Une richesse à double tranchant

La France possède des territoires sur tous les continents, une situation grâce à laquelle elle accueille 10% de toutes les espèces connues à la surface du globe. En tout, ce sont près de 95 000 différentes familles d’insectes, de poissons, d’oiseaux, de mammifères ou encore de plantes qui vivent en métropole, et près de 80 000 dans les territoires d’outre-mer. En outre, près de 10% de ces espèces n’existent nulle part ailleurs dans le monde.

Mais parmi tous ces animaux, près de 1 500 sont aujourd’hui particulièrement menacées, d’après la liste établie par l’IUCN (union internationale de la conservation de la nature). Cela fait ainsi entrer la France dans la liste des 10 pays les plus touchés par cette question dans le monde. Une responsabilité importante qui revient presqu’entièrement au pouvoir public.

La plupart des espèces en danger pourraient d’ailleurs ne pas encore avoir été répertoriées, puisqu’on estime que les 2/3 de la faune et de la flore de la France d’outre-mer n’a pas encore été découverte. Pour éviter cette éventualité d’extinction dramatique, la France doit donc réagir dès maintenant pour protéger sa biodiversité.

Ainsi, le gouvernement d’Edouard Philippe va bientôt rendre public ses conclusion suite à la « grande mobilisation pour la nature » organisée ce mercredi 4 juillet par le ministère de la Transition écologique Nicolas Hulot.

De nombreuses espèces métropolitaines sont concernées

C’est à partir des années 1970 que la France a commencé à se doter de dispositifs de protection des espèces en danger. Mais malgré ces mesures, le constat est très préoccupant. En effet, de nombreuses espèces restent aujourd’hui menacées d’extinction. Parmi elles, on peut citer le vison (particulièrement recherché pour sa fourrure), le lynx, le loup, la grenouille des champs ou encore l’anguille (qui, de façon surprenante, est menacée par la consommation de cocaïne en Europe).

Et le phénomène a même eu tendance à s’aggraver ces dernières années, puisque le nombre d’oiseaux des campagnes a gravement chuté depuis une décennie, avec des pertes pouvant aller jusqu’à -60% pour certaines espèces comme le moineau friquet. C’est la conclusion alarmante d’un rapport du CNRS et du Muséum d’histoire naturel publié en mars 2018, sans parler de la mort accélérée des populations d’abeilles sur le territoire métropolitain. 

En tout, les oiseaux des champs sont 30% moins nombreux aujourd’hui qu’en 1989, et le phénomène ne semble par près de s’arrêter si nous ne prenons pas des mesures drastiques pour y pallier.

Un désastre écologique et économique à venir

Le déclin de notre biodiversité aura nécessairement des conséquences à la fois écologiques et économiques catastrophiques pour la France et pour le monde. En effet, cette faune et cette flore sont vitales pour notre production de fruits et de légume, mais également pour l’alimentation des animaux de bétail. Elles jouent également un rôle primordial dans la production d’oxygène, mais aussi de traitements médicamenteux, souvent à base de plantes.

Les facteurs qui permettent d’expliquer cette catastrophe annoncée sont multiples. Parmi eux, on peut citer l’usage de produits chimiques dans le cadre de l’agriculture intensive ou de l’industrie lourde par exemple, qui a augmenté de 18% entre 2009 et 2015. Un autre facteur est celui du mauvais traitement des sols, souvent recouvert par des plaques goudronnées afin d’y construire des habitats ou des zones industrielles, qui viennent à leur tour menacer la biodiversité.

L’obstruction des cours d’eau et l’introduction d’espèces étrangères comme le frelon asiatique ou la grenouille taureau viennent également renforcer les menaces qui pèsent sur la faune et la flore. Le réchauffement climatique et le tourisme intensif sont deux autres causes majeures de ce désastre.

Et le compte à rebours est déjà lancé, puisque selon l’Union internationale de la conservation de la nature, la France n’a plus que 4 ans pour inverser la courbe, autrement ses espèces en voie d’extinction disparaîtront très rapidement. Un message urgent à envoyer au gouvernement…

Publié le mercredi 4 juillet 2018 à 16:41, modifications mercredi 4 juillet 2018 à 16:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !