Environnement

Gironde : Une tortue luth de 300kg échouée sur une plage du Cap-Ferret

Des scientifiques de La Rochelle vont s’atteler à découvrir ce qui a tué cette tortue luth, qui mesure 1m65 pour 300 kilos.

Une tortue luth de 1,65 m de long et de 300 à 350 kg s’est échouée, morte, samedi 15 juillet sur la plage du Grand-Crohot à Lège-Cap-Ferret (en Gironde).

Nous avons été alertés dans la soirée par les maîtres-nageurs-sauveteurs (MNS) de la plage du Grand-Crohot. Où le cadavre de cette tortue a été retrouvé échoué sur la plage.

A expliqué le maire Michel Sammarcelli, dans un communiqué.

Selon FranceInfo Nouvelle Aquitaine, les services techniques de la ville ont eu recours à un tractopelle pour évacuer la tortue géante.

Celle-ci a été isolée en attendant d’être examinée par les scientifiques de l’Observatoire Pélagis de l’Aquarium de La Rochelle, en Charente-Maritime.

Ainsi, comment ce spécimen de la plus grande des espèces de tortues s’est-il retrouvé là ?

Les tortues luth fréquentent tous les océans du monde. Elles peuvent croiser au large de nos côtes entre la fin de l’hiver et l’été. Pas plus tard que le week-end dernier, un pêcheur d’Arcachon, avec qui nous sommes en lien, nous a signalé une tortue luth. Elle s’était prise dans ses filets. Il a démaillé et l’animal a été relâché vivant. S’agit-il du même que celui retrouvé au Grand-Crohot ? On l’ignore pour l’instant.

A déclaré Willy Dabin, scientifique à l’Observatoire Pelagis.

A charge donc pour les scientifiques d’effectuer des prélèvements pour déterminer les causes de la mort de l’animal.

Matthieu Coutant, le directeur de l’Aquarium de La Rochelle et du Centre d’étude et de soin des tortues marines, qui est installé dans l’Aquarium, a indiqué que les causes de la mort devraient être établies mardi 18 juillet, après l’autopsie.

Une espèce menacée

En outre, depuis plusieurs années, la tortue luth est inscrite sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme en « danger critique d’extinction ».

Elle est victime à la fois de la multiplication des filets de pêche. Mais aussi de la pollution des océans.

En effet, cette grande mangeuse de méduses confond les sacs plastiques avec son mets préféré.

En décembre dernier, l’examen du cadavre d’une tortue luth échoué sur l’île de Groix, en Bretagne, avait révélé que l’animal était mort à la suite de l’ingestion d’un gros morceau de plastique.

Selon Matthieu Coutant,

Il est très possible qu’on retrouve du plastique dans les entrailles de l’animal.

Enfin, l’Observatoire Pélagis étudie les tortues depuis 30 ans. Et, durant cette période, il a été procédé à une centaine d’autopsies.

Or, dans 40 à 45% des cas, les scientifiques ont retrouvé du plastique dans le corps des animaux.

Publié le lundi 17 juillet 2017 à 17:05, modifications lundi 17 juillet 2017 à 18:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !