Environnement

Comment la France massacre ses dauphins, Sea Sheperd lance l’alerte

D'après l'ONG, des milliers de dauphins sont tués chaque année au large des côtes françaises.

C’est plus de 5000 dauphins qui sont tués annuellement au large des côtes Françaises, entachant la biodiversité marine.

L’organisation non gouvernementale Sea Sheperd, oeuvrant pour la préservation des écosystèmes marins et de la biodiversité partage ses inquiétudes et alerte sur la situation des dauphins, exterminés par l’industrie halieutique.

Des mammifères au cœur d’un écosystème

Ce seraient près de 6000 dauphins qui seraient tués chaque année au large de la Vendée et de la Charente-maritime. Leur prédateur ? L’homme. Plus exactement, le pêcheur, qui, par les diverses techniques qu’il emploie pourrait tuer des dizaines de dauphins chaque jour. Les chalutiers pélagiques remorquent un filet derrière, l’avantage est qu’il ne nuit pas aux fonds marins, l’inconvénient, qu’il capture souvent des dauphins.

Les dauphins ont établi leur espace de reproduction au cœur de la zone de pêche au bar. C’est de cette cohabitation que résulte les lourds dommages causés à l’espèce. L’industrialisation de la pêche nuit aux écosystèmes marins dans la mesure où elle ne prend pas en compte la biodiversité. Différentes espèces évoluent au sein d’un même espace et se construisent mutuellement, interagissent et se renforcent. Chasser l’une de ces espèces, comme le bar, induit des conséquences directes et indirectes.

En soi, c’est véritablement la surpêche qui constitue un problème, étant purement inconsciente. Les cétacés sont alors conséquences directes des différentes techniques et des machines employées.

Chalut pélagique

Une espèce fragile

Les dauphins sont une espèce sensible, qui évoluent dans un environnement donné. Très soumis à la pollution et aux moindres changements, modifier leur écosystème leur est très nuisible. D’autre part, leur taux de reproduction est très faible et mettre en danger leurs ressources pourrait avoir un grave impact sur la survie de l’espèce. A ce jour, l’espèce n’est pas en danger, mais les chiffres sont alarmants.

Le comité national des pêches assurent que d’autres éléments sont en causes et que la pêche n’est pas la seule responsable de ces nombreux décès. Le ministre de l’agriculture, Stéphane Travert et le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot ont affirmé déployer les moyens nécessaires afin de limiter ces décès et de rendre la pêche plus responsable.

Aujourd’hui, un prototype d’appareillage de dissuasion sonore permettrait d’éloigner les dauphins à l’approche des bateaux. Cette technologie utilise les ultrasons et permettrait de réduire de manière conséquente les nombreux décès. L’organisation Sea Sheperd invite elle, à réfléchir à la consommation de poisson que nous pouvons avoir et à l’éthique de nos méthodes. La responsabilité est tant individuelle que collective, et chacun joue un rôle dans une industrie aussi importante que celle du poisson.

Publié le samedi 3 mars 2018 à 13:19, modifications samedi 3 mars 2018 à 13:19

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !