Environnement

France : Les quatre dernières centrales à charbon vont fermer d’ici 2022

La secrétaire d’état à la Transition écologique, Brune Poirson, a confirmé ce lundi 11 mars sur France Info, la fermeture prochaine des quatre dernières centrales à charbon et cela s’effectuera avant la fin du quinquennat du président Emmanuel Macron.

La fermeture des quatre dernières centrales a charbon est toujours d’actualité a confirmé la ministre d’état à la Transition écologique, Brune Poirson.

Nous voulons atteindre la neutralité carbone d’ici 2050

Interrogée par France Info ce lundi 11 mars, Brune Poirson a indiqué que la prochaine fermeture des quatre dernières centrales à charbon est « bien sûr toujours d’actualité ». Elle rappelle que « c’était un engagement du président de la République ».

On y travaille d’ailleurs de façon intense parce que ce n’est pas facile

Rappelons que ces centrales fournissent en électricité pas moins d’un million de personnes.

Ce n’est pas facile, vous savez, il y a un million de personnes qui ont de l’électricité grâce à ces quatre centrales à charbon. Donc c’est une décision qui n’est pas anodine, qui est très courageuse

A expliqué Brune Poirson.

La secrétaire d’état à la Transition écologique a souligné que le gouvernement veut atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, un objectif ambitieux.

Ça suppose un certain nombre de choses et notamment […] une réduction de notre consommation d’énergie de 20 % d’ici 2030 » et de « moins 40 %, aussi d’ici 2030, d’émissions de CO2

En matière nucléaire, le projet est également prometteur, en effet, la secrétaire d’état précise que l’objectif est de fermer 14 réacteurs nucléaires d’ici 2035 dont deux en 2020 à Fessenheim. Elle a également rappelé qu’elle souhaitait que l’EPR de Flamanville rouvre le plus rapidement possible. Elle souligne que la France veut “développer de façon massive les énergies renouvelables ».

En ce qui concerne la taxation des émissions de CO2 des transports, la secrétaire d’état pense qu’il faut établir un prix sur la pollution.

Le secteur aérien contribue aussi à financer, ou en tout cas à tempérer la pollution qu’il émet. Il faut aller encore plus loin. Je pense qu’il faut un prix sur la pollution dans le transport aérien qui aille encore plus loin

a-t-elle dit.

Publié le lundi 11 mars 2019 à 15:02, modifications lundi 11 mars 2019 à 15:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct