Environnement

Les émissions de méthane dues à la surconsommation de viande sont catastrophiques

C’est un constat alarmant qui vient d’être fait par un professeur de l’Université d’Edimbourg. Notre mode d’alimentation et notamment la surconsommation de viande dans le monde entier, a des répercussions sur le taux de méthane présent dans l’atmosphère.

C’est le professeur Dave Reay de l’Université d’Edimbourg, qui est sorti du silence pour tirer la sonnette d’alarme. Il parle en effet du coût climatique du mode d’alimentation des populations dans le monde. Il faut en effet savoir qu’il y a un lien entre la surconsommation de viande et le réchauffement climatique.

Le réchauffement climatique est une triste réalité

Le réchauffement climatique est une dure réalité. Et les scientifiques ne cessent de rappeler que les catastrophes naturelles comme les tremblements de terre et les ouragans tropicaux survenus dernièrement, s’expliquent en partie par le réchauffement climatique. Or, une étude parue le 29 septembre dernier dans le journal Earth System Science Data , va plus loin dans ce constat.

En effet, elle révèle que les émissions de méthane dans l’atmosphère ont augmenté ces dix dernières années. Or, ces émissions sont produites pendant le processus de digestion des élevages bovins. Il faut savoir qu’elles représentent 16% des gaz à effet de serre.

Ce n’est pas la première fois que ce problème est pointé du doigt. En 2011, un rapport du GIEC avait fait le triste constat d’une augmentation de 11% du taux d’émission de méthane par rapport à l’année 2006. Mais à ce moment-là, certains continents étaient  à l’écart. En effet, l’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Sud étaient moins concernés, car ces populations sont peu consommatrices de viande. Malheureusement, les habitudes changent. Et ces trois zones voient maintenant la taille des élevages bovins considérablement augmenter ces dernières années.

Selon Dave Reay, l’accroissement du bétail est le résultat de notre mode d’alimentation car nous consommons de plus en plus de viande et de produits laitiers :

Réduire la production de méthane issu des vaches, ce n’est peut-être pas aussi spectaculaire que des éoliennes ou des panneaux solaires, mais c’est au moins aussi vital.

Changer l’alimentation du bétail

Il semblerait qu’une autre solution réside dans l’alimentation donnée aux bêtes d’élevage. Ainsi par exemple, des chercheurs de l’université d’’Aarhus près de Copenhague évoquent la possibilité de créer une herbe non grasse, qui facilite la digestion des bovins. Ce qui conduit ainsi à une plus faible production de méthane.

Mais peut-être que la véritable solution consisterait à éduquer les populations à s’alimenter différemment et à consommer moins de viande ? Le débat est ouvert !

Publié le jeudi 5 octobre 2017 à 15:36, modifications jeudi 5 octobre 2017 à 11:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !