Environnement

C’est officiel, il fait plus froid à Paris qu’au Groënland

Ces perturbations climatiques ont des répercussions très graves sur la santé de la planète.

Le pic de froid en France métropolitaine a atteint un nouveau record la semaine du 28 février 2018, avec des températures pouvant descendre jusqu’à -12 degrés dans le nord de la France. Mais pendant ce temps, le mercure a grimpé au-dessus de zéro au nord du Groenland et en Arctique.

Un phénomène très préoccupant

Ce phénomène est dû à un phénomène anticyclonique qui permis à des vents très doux de remonter vers le pôle nord. En effet, d’après Etienne Kapikian, un expert en climatologie travaillant à Météo-France, il s’agit d’une “situation de blocage anticyclonique sur le nord de la Scandinavie (…) avec une remontée d’air doux de l’Islande vers le pôle Nord d’un côté et de l’autre côté de l’anticyclone, des descentes d’air froid de l’Oural et de la Russie occidentale vers l’Europe de l’Ouest“. Et celui-ci de conclure :

Le pic de douceur sur le pôle Nord et la vague de froid sur l’Europe sont directement liés.

Cet phénomène reste toutefois préoccupant car les températures sont montées au pôle nord jusqu’à 30 degrés au-dessus des moyennes de saison. En effet, la température de +6,2 degrés celsisus a été relevée au nord du Groenland ce dimanche 26 février ! Entre 1980 et 2010, des températures positives n’avaient été observées que 4 fois au-dessus du cercle polaire. Mais depuis 2010, ce phénomène est devenu récurrent. 

Bien qu’on ne sache pas encore si ces perturbations climatiques impressionnantes sont directement liées au réchauffement climatique, les conséquences sur la fonte des glaces sont terribles. Les scientifiques commencent ainsi à envisager la possibilité que la totalité de la glace de l’océan arctique ait fondu d’ici 2050.

 

 

Publié le mercredi 28 février 2018 à 16:13, modifications mercredi 28 février 2018 à 15:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !