Environnement

Bakeys, les couverts comestibles à base de maïs

Bakeys, Une entreprise indienne veut dire stop à l’usage massif des couverts en plastique. La solution ? Des versions comestibles.

C’est une guerre lancée depuis 2011.  A Hyderabad, dans l’état indien de Telangana, par Narayana Peesapaty, le fondateur de l’entreprise Bakeys. Lassé de voir la quantité de couverts en plastique utilisés dans le pays, il lance une alternative avec cuillères, fourchettes et couteaux à base de mais, comestibles et surtout réutilisables. Une vraie bonne idée environnementale.

120 milliards de couverts en plastique par an

Il faut dire qu’en Inde, le problème est vraiment de très grande ampleur. Avec le fort attrait pour la “street food” dans le pays, ce sont plus de 120 milliards de couverts en plastique qui sont utilisés puis jetés dans le pays chaque année. Un véritable fléau ensuite pour l’environnement. Ce chercheur en agriculture a donc décidé d’inventer sa propre solution.

Le résultat ? Les couverts de l’entreprise Bakey. La version de base est au maïs et se décline sous différentes formes : simple cuillère, une fourchette à trois dents ou encore des baguettes chinoises. Plusieurs saveurs sont ensuite disponibles : à la cannelle, au gingembre, au sucre ou encore au cumin. Cela permet ainsi de proposer des solutions pour tous les plats et toutes les occasions.

Des couverts plus résistants mais aussi plus chers

Parmi les principaux défis, le premier était bien entendu celui de la résistance des couverts. S’ils éclatent dans la bouche au premier usage, difficile de convaincre. Les produits se montrent en tout cas plus résistants que la version générique à base d’amidon et de maïs qui est quant à elle beaucoup plus fragile.

Mais, bien entendu, un des problèmes est celui du prix. Si l’idée est de toucher les gens mangeant dans la rue, le tarif doit être attractif. Pour l’instant, le plastique reste une alternative  plus rentable pour les Indiens. Mais, avec l’augmentation de  la production, la situation devrait s’inverser.

Surtout, la durée de vie des couverts est annoncée à environ trois ans selon les créateurs. Si c’est bien moins long que l’argenterie de grand-mère qui traîne dans votre salon, c’est aussi largement supérieur à n’importe quel couvert en plastique. Ils se sont écoulés à environ 2 million d’exemplaires en Inde depuis 2011. L’objectif est désormais de pouvoir étendre la gamme mais aussi exporter à l’international.

Publié le dimanche 18 février 2018 à 8:01, modifications samedi 17 février 2018 à 23:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !