Environnement

Antarctique : L’inquiétante fonte du glacier Totten, de la taille de la France

La fonte du glacier Totten confirme la menace d’une montée des eaux dans l’Antarctique.

Dans le cadre du Programme Antarctique australien, des scientifiques emmenés par le glaciologue Ben Galton-Fenzi, ont passé l’été à étudier le glacier Totten. Or, mardi 20 mars, les chercheurs ont annoncé dans un communiqué que la partie flottante du glacier, l’autre reposant sur la roche, est plus vaste que ce qu’ils estimaient jusqu’alors.

Ainsi, le Totten, d’une taille équivalente à celle de la France, est en train de fondre. Aggravant les risques de hausse du niveau des mers.

Un risque majeur

Le glacier Totten se situe dans l’est de l’Antarctique. Il est l’un des plus grands glaciers du continent blanc.

Comme d’autres calottes glaciaires, il est surveillé de près. Actuellement, une partie du glacier repose sur le substrat rocheux. Et l’autre se répand à la surface de l’eau, où elle flotte. Or, c’est cette dernière partie, la barrière de glace, qui est plus vaste que ce qu’estimaient jusqu’alors les spécialistes.

Le problème, selon l’équipe australienne à l’origine de ces recherches, c’est que cet océan est justement en train de se réchauffer. Précipitant ainsi le dégel du glacier. Toutefois, les conséquences de cette fonte sont lourdes. En effet, plus le Totten se fragilise, plus sa dégradation va être rapide. Et sa fonte, sous l’effet du réchauffement climatique, est susceptible de libérer des énormes quantités d’eau. Accélérant ainsi la hausse du niveau des mers et menaçant les centaines de millions d’habitants vivant en zones côtières.

Ainsi, les scientifiques ont calculé que, s’il disparaissait entièrement, ce niveau devrait s’élever de trois mètres, autant dire une catastrophe. Mais ce n’est pas tout : il s’agit en plus d’eau douce. Ce dégel devrait donc contribuer à désaliniser les mers du globe. Ce qui aurait des conséquences dramatiques pour de nombreuses espèces marines.

Pour rappel, selon les données de la Nasa, entre 2002 et 2016, l’Antarctique a perdu 125 gigatonnes de glace par an.

Depuis les années 1990, le niveau global de la mer a augmenté d’une vingtaine de centimètres et d’ici la fin du siècle, il devrait s’accroître de jusqu’à un mètre. Mais tout ceci est très incertain, c’est pourquoi il est important d’étudier les glaciers comme le Totten.

A affirmé le glaciologue Ben Galton-Fenzi.

Publié le vendredi 23 mars 2018 à 12:57, modifications vendredi 23 mars 2018 à 10:56

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct