Environnement : échec des États à protéger les aires marines

Par Nassim Terki Publié le 12/05/2024 à 14:02
Airs Marines Protégées Amp

Seul un tiers des aires marines protégées dans le monde offrent une réelle protection efficace pour les écosystèmes marins.
Les méthodes actuelles d'évaluation surestiment la quantité de zones protégées.

Dans les profondeurs de la protection marine pour révéler l'importance cruciale des aires marines protégées et l'urgence d'une gestion plus rigoureuse pour préserver nos écosystèmes océaniques avec précision et engagement.

Une étude révèle que la protection des écosystèmes marins est en péril. Les scientifiques du CNRS tirent la sonnette d'alarme dans une nouvelle recherche internationale sur l'efficacité et la gestion des AMP, soulignant un besoin urgent d'actions plus strictes pour préserver la biodiversité océanique.

Aires Marines Protégées, un combat pour la préservation des écosystèmes marins

Dans le cadre de la préservation des écosystèmes marins, les aires marines protégées (AMP) jouent un rôle crucial. Cependant, une étude récente menée par des scientifiques du CNRS, en collaboration avec une équipe internationale, révèle des lacunes significatives dans la protection offerte par ces zones. Cette étude, publiée le 9 mai dans Conservation Letters, met en lumière une situation alarmante : seulement un quart de la superficie des 100 plus grandes AMP mondiales est doté d'une réglementation et d'une gestion adéquates.

Parmi ces zones, plus d'un tiers autorise des activités industrielles telles que la pêche commerciale à grande échelle, activité reconnue comme l'une des principales causes de la perte de biodiversité marine. Ce constat souligne le défi auquel nous sommes confrontés dans la préservation des écosystèmes marins, alors que ces zones devraient être des refuges intacts pour la faune et la flore marines.

Par ailleurs, l'étude met en évidence une répartition inégale des grandes AMP, qui sont principalement concentrées dans des régions reculées ou des territoires d'outre-mer, au détriment de l'habitat et les espèces marines cruciaux déjà fortement impactés par les activités humaines.

Vers une protection de qualité plutôt que de quantité

Selon les résultats obtenus grâce au guide des AMP, la qualité de la protection offerte par ces zones est souvent surestimée au détriment de la véritable préservation de la biodiversité marine.

Face à ces constats inquiétants, les chercheurs appellent à une application plus rigoureuse des normes du guide des AMP afin que toutes les zones respectent les standards internationaux. Alors que les objectifs de protection des océans fixés par les Nations Unies pour 2030 reposent en partie sur le déploiement des AMP, il est primordial d'assurer que celles-ci offrent un niveau de protection adéquat.

Pour ce faire, les scientifiques recommandent de ne plus considérer les AMP dont le niveau de protection n'est pas clairement défini, d'étendre la couverture des AMP à l'ensemble des écosystèmes marins et de renforcer les accords internationaux de protection de la haute mer en y incluant uniquement les AMP offrant une protection de haut niveau.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.

Aucun commentaire à «Environnement : échec des États à protéger les aires marines»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis