El Niño s'atténue et La Niña risque d'arriver plus tard 

Par Nassim Terki Publié le 20/05/2024 à 14:27
La Niña Remplace El Niño

Au cœur des dernières révélations du CIIFEN sur les fluctuations climatiques dans le Pacifique oriental et les changements à venir en matière d'El Niño et de La Niña.

Un changement de phase climatique, avec un passage d'El Niño à La Niña prévu prochainement. Des analyses météorologiques détaillées et précises dans le dernier rapport du (CIIFEN).

Émergence imminente de La Niña, vers un nouveau chapitre climatique en 2024

Le rapport de mai du Centre international de recherche sur El Niño (CIIFEN) indique une transition d'El Niño vers des conditions neutres, en prévision de l'arrivée de La Niña en 2024. Les températures dans le Pacifique ont diminué ces derniers mois, passant d'une anomalie de +2,1 °C en novembre 2023 à des valeurs normales en mai 2024 dans la zone Niño 3.4 (pacifique central).

L'indice d'oscillation australe (SOI) a varié dynamiquement, passant de fortes anomalies négatives en juin 2023 et mi-février 2024 à un état neutre depuis mars 2024. Les valeurs du SOI inférieures à -7 indiquent El Niño, tandis que celles supérieures à +7 peuvent signaler La Niña. Les observations récentes pointent vers des conditions neutres.

Une onde de Kelvin froide traversant l'océan Pacifique équatorial depuis mars a contribué à l'affaiblissement d'El Niño, avec des anomalies froides renforcées dans l'est du Pacifique en mai. Malgré des températures encore supérieures à la normale en avril, la tendance à la baisse se poursuit, confirmant la transition climatique en cours.

Cap sur La Niña, les signes avant-coureurs d'un changement climatique se confirment

Les récentes observations météorologiques dans le Pacifique équatorial signalent un changement de cap vers des conditions climatiques plus froides. En effet, entre avril et la première semaine de mai 2024, aucune forte impulsion de vent d'ouest n'a été détectée, laissant place à des alizés normaux à forts.

Les cartes des précipitations montrent des contrastes marqués en avril 2024, des pluies moins abondantes que la normale ont touché certaines régions de la Colombie, de la côte équatorienne, de l'est du Pérou et du nord de la Bolivie. À l'inverse, des précipitations supérieures à la normale ont été enregistrées dans des zones du nord-ouest de la Colombie, de l'est de l'Équateur, du nord-est du Pérou, de la majeure partie du Paraguay et de divers secteurs du Brésil.

Les prévisions pour le trimestre de juin à août 2024 indiquent que les températures de surface de la mer pourraient être jusqu'à -1,5 °C plus basses que la normale dans le Pacifique équatorial central et oriental, ainsi que sur certaines parties des côtes de l'Équateur, du Pérou et du Chili. Ces conditions pourraient favoriser l'émergence de La Niña au cours du second semestre 2024, avec une probabilité de 50 % pour des conditions neutres et 50 % pour La Niña.

La transition d'El Niño vers des conditions neutres s'opère progressivement, surtout du côté océanique, tandis que les eaux des Caraïbes et du sud de l'Atlantique tropical demeurent plus chaudes que la moyenne.

En définitive, la transition entre les phases El Niño devrait être relativement rapide, avec l'arrivée de La Niña prévue dans les prochains mois.

Prévisions et recommandations du CIIFEN

Les prévisions météorologiques pour juin-août 2024, basées sur les données du CIIFEN, indiquent des tendances intéressantes pour différentes régions d'Amérique du Sud.

Selon les experts, « les températures de l'air devraient être supérieures à la normale dans le centre et le nord de l'Amérique du Sud, tandis que des valeurs plus fraîches que la normale sont attendues sur les côtes colombiennes, équatoriennes et péruviennes, ainsi que dans le centre-sud du Chili et le sud de l'Argentine ».

En ce qui concerne les précipitations, il est prévu que « des quantités supérieures à la normale se produiront en Amérique centrale et dans le nord de l'Amérique du Sud, tandis que des conditions moins pluvieuses que la normale sont prévues dans la majeure partie de l'Amérique du Sud ».

En conclusion, le CIIFEN recommande vivement de se préparer aux éventuelles menaces de pluies et de sécheresses dues au développement potentiel de La Niña.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.